Lavoir rue de la Fontaine: route de Saint-Léonard-des-Bois

Situé dans la traversée du village, il a été victime d’un accident de la circulation, et la restauration de la charpente et de la maçonnerie a eu lieu en 2013.

Lavoir de l'Escole Corbin, rue du Logis

Situé dans le quartier de l’Escole Corbin, alimenté par une source, il s’adosse au mur d’une propriété privée. Un seul des trois côtés de lavage était abrité par une couverture en tôle acier. Sa restauration datant de 2016 l’a remis conforme aux photographies de 1969.

Monument aux morts cimetière

Guerre 1914-1918

Sougé le Ganelon

A ses enfants morts

pour la Patrie

Le granit du monument est de deux couleurs, marquant les deux étapes de cet édifice ; la première pyramide pour les 3 morts de 1871, sans son socle, a été posée sur une base plus large et est devenue le monument aux morts de 1914-1918 ; puis ont été ajoutées les victimes de 1939-1945, de la guerre d’Algérie et du Tonkin. Les noms de 37 soldats morts durant la 1ère guerre mondiale sont gravés en noir dans la pierre sur la base du monument; les noms de 1939-1945, Algérie, Tonkin, sur la plate-forme et latéralement. Le monument qui a alors changé de place dans le cimetière se trouve dans un ensemble avec deux tombes et deux plaques fixées au mur.  Sur le fût, une plaque en mémoire du maire Robert Tournelle, résistant mort en Allemegne en 1945,  a été ajoutée.

Monument paroissial

Dieu          Patrie

Une simple plaque où une croix latine au milieu de deux palmes est gravée recueille sur deux colonnes 26 noms de soldats de 1914-1918 enserrant les 7 disparus. Deux autres plaques ont été ajoutées pour 1939-1945: 7 noms et l’Algérie: 4 noms.

A la mémoire des soldats de Sougé le Ganelon

morts pour la France 1914-1918

Ce vitrail très lumineux a été offert par la famille Joseph GONTIER et est l’œuvre du maître verrier G. LEGLISE Paris 1918.

Guerre 1870-1871 cimetière

Après les évènements tragiques du 24 janvier 1871, les corps des trois victimes sont inhumés dans l’ancien cimetière près de l’église. Le nouveau cimetière dont le terrain a été offert par Pierre MOULARD est béni en 1872. En 1876, les restes des deux mobiles tués en 1871 y sont transférés et sont inhumés avec le jeune ROULAND Alcide dans une « tombe loi 1873 » avec son entourage typique.

François ALIBERT 23 ans 24e Régiment Mobiles de Haute Garonne décédé à Sougé-le-Ganelon, le 24 janvier 1871

Guillaume CAILLAUX 22 ans Régiment Mobiles de Haute Garonne décédé à Sougé-le-Ganelon, le 24 janvier 1871

Alcide ROULAND 18ans, otage civil, décédé à Sougé-le-Ganelon le 24 janvier 1871

Une pyramide en granit d’Alençon est élevée sur cette tombe grâce à une loterie et des dons. Elle est alors située près de la chapelle MOULARD qui porte gravé : 1871 A et Ω.

En 1879, le monument est béni en présence de 2000 personnes.

Le nom d’une quatrième victime de cette guerre n’est pas sur le monument: Louis-Joseph DUPONT 21 ans, Légion étrangère 5e bataillon, né à Sougé le 27 janvier 1850, décédé le 14 mai 1871 à l’ambulance militaire de Croissy-sur-Seine. La transcription de son décès est arrivée trop tard.

 

Guerre 1939-1945 mairie- cimetière

A la mémoire

de Robert Tournelle 1893-1945

maire de 1935 à 1945

résistant membre du Réseau Action du Bureau des Opérations Aériennes B O A

arrêté le 26 avril 1944 et déporté au camp de Neuengamme (Allemagne)

Mort pour la France le 22 mars 1945

N’oublions jamais

Ce buste à plat est un don de Paul Robert Tournelle en 2015 et la plaque, installée dans le hall de la mairie, a été dévoilée le 8 mai 2015.

Dans le cimetière, une plaque a été posée sur le monument aux morts et une autre posée sur la tombe familiale.

Guerre d'Algérie mur extérieur de l'église

Ces deux plaques sont fixées sur le mur extérieur de l’église, face à la mairie de Sougé. Elle rend hommage aux quatre victimes de cette guerre.