Lavoir sur la source Rue des Vignes, sur la D22, en contrebas de la route

En 1866, le Marquis de Juigné s’étonne que la fontaine et le lavoir publics soient dans un état de dégradations complètes, la couverture du lavoir menaçant de s’effondrer. Le Conseil municipal rétorque que ce ne sont pas des biens communaux car ils sont enclavés dans la propriété du marquis, la commune y a seulement un droit d’usage puisqu’elle paie 12 F pour leur entretien, depuis de nombreuses années.

Le marquis est prêt à abandonner le tout à la commune avec une quantité suffisante de terrain pour l’aménagement du lavoir, jugé trop petit, si elle s’engage à l’entretenir et « à la condition toutefois que  la commune réparerait à ses frais et la fontaine et le lavoir dont la couverture est prête à tomber et qu’il faisait sa réserve pour ses lessives ».

Lors des travaux d’installation d’un bélier hydraulique en 1898, pour l’aménagement de bornes-fontaines dans le bourg, le devis d’Ernest Bollée fils note:

(Arch. dép. Sarthe, 3 S 108 et registres de délibérations)

Ce lavoir a été restauré en 2008 avec la participation du programme européen « Leader+  valorisation de l’eau et des rivières ».

Lavoir à la rivière

En 1881, l’aménagement de deux marches, sur une longueur de dix mètres, dans la hauteur du chemin de halage, le long de la dérivation de Solesmes, sur la rive droite de la Sarthe, permet le lavage directement en rivière. (Arch. dép. Sarthe, 3 S 108)