Lavoir du Pont de Paris Rue de Paris, au niveau du pont qui enjambe le Dué

En 1858, la municipalité estime qu’il est utile et même indispensable de construire un deuxième lavoir public, et demande au préfet que le projet soit « exécuté le plus promptement possible ». Le devis est de 116F auquel il faut soustraire 50F de la vente de peupliers abattus lors de la construction du pont sur l’Huisne. Une quête est réalisée au domicile de toutes les personnes qui profiteront de ce nouvel établissement.

Actuellement, c’est un lavoir qui n’est plus accessible.

Lavoir Rue de l’Abreuvoir, face à la mairie

En 1870, le Conseil municipal demande la construction d’un lavoir sur le Dué, près de l’abreuvoir, face à la Gendarmerie et derrière l’usine Vollet.Une souscription de 170 F va aider au paiement de ce devis de 730 F. Des murs en briques soutiennent une charpente en vieux bois, couverte en tuiles. Le plancher de ce lavoir d’une dizaine de mètres de long est en chêne et la porte en sapin du Nord.

Lavoir du Gué aux Ânes Rue de Belfort, au niveau du pont

En 1904, le Conseil municipal vote l’achat d’un terrain de 42 ca pour 20 F.Le devis de construction s’élève à 670 F. Là encore, il réclame une exécution rapide. La réception définitive a lieu en octobre 1905.

Lavoir des Lindennes

En 1907, la municipalité fait dresser un devis pour la construction d’un lavoir, rue de la Gare, en aval du pont sur l’Huisne, rive gauche de la rivière, sur un terrain communal. C’est un bâtiment de 11,80 m sur 3,50 m, au sol cimenté, clos de murs en briques et formé de deux parties, une fixe et une mobile. La charpente en chêne et sapin du Nord est couverte en tuiles avec des décors losangés. Les travaux exécutés par Louis GESLIN, entrepreneur à Connerré pour un coût de 2 485 F, reçoivent un secours départemental de 500 F. La réception définitive a lieu en janvier 1909.

Ce lavoir fut détruit lors des bombardements du 5 août 1944. En juillet 1945, les travaux de construction du bâtiment des « Bains-Douches municipaux » dans lequel est intégré le lavoir sur le Dué, sont confiés à l’entreprise CHARRON de Connerré.

Lavoir du camping

En 1954, la municipalité décide de construire un lavoir en aval du pont sur l’Huisne.  Il a servi de garage pour les canoës et kayaks du centre de loisirs. Il est actuellement en mauvais état.

Lavoir de l’école Jean Rostand Au bord du Dué ; dans le jardin de l’école

Ce lavoir a été construit par la commune, à l’usage des instituteurs habitant le logement de fonction de l’école. En 1873, le Conseil municipal vote un crédit pour le réparer. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 90/5 et registre de délibérations municipales)

Lavoir du Pont-Neuf

En 1855, le Conseil municipal décide de transformer le bassin devenu inutilisable, en lavoir couvert et vote 160 F. En 1878, des travaux vont être « rapidement exécutés » : changement du madrier pour laver, réparation de la toiture avec 136 tuiles et ajout de deux portes.

Il est possible que cela corresponde à ce lavoir que nous avons découvert lors de la balade organisée par la médiathèque lors des JEP 2016.