Lavoir du bourg Route d’Ancinnes, sur le ruisseau de la Vieille Ville

En août 1868, M. Adolphe DENIAU, de Neufchâtel, s’engage à céder, sur le chemin d’Ancinnes, pour 67,50 F, une portion de terrain, dans le Champ des planches, cadastré C n° 193. Le service hydraulique apporte quelques modifications au plan prévu au début de l’année 1869, puis un marché de gré à gré est passé avec M. LOTTIN, maçon de Neufchâtel, pour une construction coûtant 1 090 F. Six poteaux en chêne posés sur des dés de granit soutiennent la charpente couverte en tuiles. Les murs du bassin sont revêtus de dalles en granit avec des « arêtes abattues ». Ce bâtiment, clos sur trois côtés, est terminé en 1870. La municipalité opte pour un emprunt de 2 500 F, sur 5 ans, à 4 % à partir de 1870 pour financer l’ensemble de ses projets communaux.

En 1877, suite à de nombreuses plaintes contre les bouchers qui viennent y nettoyer les intestins des animaux qu’ils tuent, la mairie prend un arrêté interdisant cette pratique.

En 1921, le lavoir est remis en état pour 2 082 F, somme permettant notamment le changement de 2 000 tuiles.

Lavoir des Baillées

plan 1859       Arch.dép.Sarthe 203 AC 107

 

En 1859, la municipalité établit, sur un devis de 167 F, un bassin aménagé, aux Baillées, lieu proche du bourg et doté de plusieurs sources.

 

 

 

 

 

Lavoir de l’Étanchet

Le 10 novembre 1890, les habitants sont autorisés à continuer de se servir du lavoir de l’Étanchet en forêt domaniale de Perseigne moyennant 1 F par an. Cette concession, signée par la municipalité qui se charge des travaux d’entretien, sera encore renouvelée en 1927.

Ce bassin toujours connu de l’O.N.F., est envahi par les broussailles. (Arch. dép. Sarthe, 203 AC 107 et 2 O 216/8)