Lavoir Face à la douve, pont de la D35

En 1865, la municipalité possédant, au bord de la Vézanne , des terrains provenant des excédents lors du tracé des chemins, décide d’y construire deux lavoirs publics couverts à cinquante mètres de la population agglomérée, aux deux extrémités du bourg: l’un sur le chemin de Brûlon à Pontvallain et l’autre sur le chemin de Mézeray à Foulletourte.

Dans un premier temps, l’architecte propose des bassins au bord du ruisseau avec un bâti reposant sur six poteaux en chêne avec deux fermes de croupes pour une toiture couverte en ardoises. Le Conseil des Bâtiments civils remarque que ce sont les bassins qui sont couverts et non les laveuses ! Et le Conseil municipal précise « les inconvénients démontrés par l’usage d’anciens lavoirs semblables et abandonnés à cause des ordures et de l’effondrille restant au fond de ces bassins, qu’il n’est possible d’enlever qu’aux moyens de nettoyages et balayages qui deviendraient une charge pour la commune ». Le même bâti va être conservé mais la construction se fera directement au bord du ruisseau avec des planchers mobiles en sapin recevant des madriers de lavage en chêne. Le produit de la vente de l’ancien cimetière qui avait eu lieu en 1863, finance ces travaux estimés 1 100 F. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 196/7)

Au plan cadastral de 1957, les deux lavoirs sont indiqués. Seul, celui situé route de la Fontaine-Saint-Martin, a été conservé et restauré dans les années 1990.