Selon le témoignage de M. BOUQUET, recueilli en juin 2012, le bourg comptait trois lavoirs à usage public.

Le premier, couvert en ardoises, était contigu au routoir destiné au rouissage du chanvre. Le bassin rectangulaire de 10 m par 4 m, entouré de murs en pierres, est actuellement dans les broussailles.

De l’autre côté de la route, sur le lieu de l’ancienne lagune se trouvait le deuxième, le plus fréquenté. Le toit couvert en tuiles protégeait les laveuses des deux côtés. Remonter la pente vers le bourg en poussant la brouette remplie de linge humide était une véritable corvée.

Le troisième se situait sur l’emplacement du parking de l’actuelle salle polyvalente.