Lavoir

Selon le témoignage de M. BOUQUET, recueilli en juin 2012, le bourg comptait trois lavoirs à usage public.

Le premier, couvert en ardoises, était contigu au routoir destiné au rouissage du chanvre. Le bassin rectangulaire de 10 m par    4 m, entouré de murs en pierres, est actuellement dans les broussailles.

De l’autre côté de la route, sur le lieu de l’ancienne lagune se trouvait le deuxième, le plus fréquenté. Le toit couvert en tuiles protégeait les laveuses des deux côtés. Remonter la pente vers le bourg en poussant la brouette remplie de linge humide était une véritable corvée.

Le troisième se situait sur l’emplacement du parking de l’actuelle salle polyvalente.

Monument paroissial nef de l'église

Aux soldats de Degré

morts pour la France Gde Guerre 1914-1918 

Entre deux étapes du Chemin de Croix, un imposant cadre en plâtre sculpté entoure la plaque où les noms de 24 soldats sont gravés par année, avec la date du décès. Une plaque a été ajoutée en-dessous:  Guerre 1939-1945  avec 3 noms et leur date de décès.

Monument aux morts place de l'église

Aux enfants de Degré

morts pour la France 

Une stèle moderne en granit rose, posée sur un socle de même matériau, est érigée à quelques pas de l’entrée principale de l’église. Toutes les inscriptions sont gravées et dorées, croix de guerre, palme et les noms de 24 soldats par année de 1914 à 1918 et 3 victimes de 1939-1945.

 

Le registre de délibérations ne fait mention de la Grande guerre, que début 1922, lors de la demande d’une veuve de guerre désirant une concession gratuite pour son mari, caporal au 115e Régiment d’Infanterie « Mort pour la France » et dont le transfert a été demandé aux frais de l’État. Suite à cette demande, le conseil décide qu’ : il sera accordé gratuitement sur sa demande à chaque famille ayant usé du droit ouvert par l’article 106 de la loi du 31 juillet 1920, de ramener dans le cimetière communal les restes de ceux de leurs membres qui sont « Morts pour la France », une concession perpétuelle de trois mètres carrés pour y fonder la sépulture particulière des dits membres à l’exclusion de toute autre personne. (archives en ligne)