Lavoir Route D58, au pont sur le Tusson

En 1855, le propriétaire du château cède une parcelle du Pré de la Corne, au bord du Tusson. Le devis des travaux se monte à 220 F et fait l’objet d’une demande de secours départemental de 100 F, malgré une souscription de 125 F. Un seul problème demeure: il n’y a pas d’accès libre au ruisseau. En 1896, des réparations s’avèrent nécessaires. Les habitants organisent une quête qui rapporte 90,20 F en espèces et 65 F en nature : pierres, sables, briques, charrois ou travaux manuels. Le préfet accorde une subvention de 64,80 F. Ces fonds vont financer la construction du barrage, l’empierrement de l’abreuvoir et du chemin et enfin, le nettoyage du lavoir-abreuvoir.(Arch. dép. Sarthe, 2O 85/7 ; délibérations municipales du 20/9/1896)

Ce lavoir a été reconstruit et sur l’un des murs en parpaings, les marques du niveau des crues de 1952 et 2004, nous indiquent que l’eau est montée aux deux tiers de la hauteur de l’édifice entièrement cimenté et couvert en fibrociment.

Monument aux morts cimetière

Cogners

A ses enfants morts pour la France

1914     1918

Cette pyramide simple, peinte en couleur crème, repose sur un double emmarchement. Une palme est sculptée sur sa façade. Une jardinière, à l’avant du monument apporte une touche de couleur. Les noms et prénoms de 13 soldats sont gravés en lettres dorées sur une plaque insérée sur le socle. Latéralement, deux petites plaques rendent hommage à deux hommes tombés en 1944.

Monument paroissial nef

Que par la miséricorde de Dieu, ils reposent en paix

Un encadrement bois entoure ce tableau,où les noms des 10 soldats  sont inscrits de façon manuscrite, avec la date et le lieu de leur disparition durant la Grande Guerre.

Guerre 1939-1945

A l’héroïque mémoire

du Capitaine Freddy Limbosch et de ses vaillants compagnons

du 1er escadron de parachutistes belges ( S A S )

qui le 10 août 1944 délivrèrent  Cogners de l’occupation ennemie.

C’est en juillet 1942 qu’est officiellement reconnu le « BELGIAN INDEPENDENT PARACHUTE COMPANY », suite à une réorganisation des Forces de Terre. La Compagnie est commandée par le Commandant J. THISE.

Le 11 juillet, le Cdt THISE se blesse gravement lors d’un saut en parachute. Le commandement est assuré par son adjoint, le Capitaine Edouard BLONDEEL. Il donne à ses hommes un entraînement efficace. L’Unité est stationnée à 15 km de Leamington-Spa.Petit à petit, la compagnie s’organise et s’équipe.

Le 1er peloton du Lieutenant Limbosch rassemble les « Canadiens » (Belges venus du continent américain à l’appel du gouvernement belge de Londres).

Le 6 juin 1944, alors que les Alliés débarquent sur les côtes normandes, les Belges sont une fois de plus en manœuvres. Mais le Général Mc LEOD leur promet qu’ils auront bientôt l’occasion de se battre.   L’Escadron Parachutiste SAS Belge dispose de 24 équipes opérationnelles. Il s’installe dans le camp de transit de Fairford. Le 27 Juillet, il est enfin engagé.

 Les 3 premières missions baptisées « CHAUCER », « SHAKESPAERE » et « BUNYAN » effectuées en Normandie ont pour objectif d’obtenir dans un premier temps, des renseignements sur les convois allemands circulant sur les 3 axes routiers Paris-Normandie, Paris-Le Mans et Orléans-Bretagne. Dans un second temps, de harceler l’ennemi par des attaques contre ses troupes, ses transports et ses dépôts afin de précipiter sa retraite.

Opération « SHAKESPEARE » (31 Jul – 16 Aou 44) 

Le 31 juillet, le Lt DEBEFVE et 5 SAS sont parachutés au sud de LA CHARTRE-SUR-LE-LOIR. Ils sont rejoints le 9 août par un groupe de 15 SAS commandé par le Lt LIMBOSCH. Le groupe de harcèlement se rend le 10 août à LA CHARTRE, les Allemands ayant déjà quitté la ville, le groupe est ovationné par la population qui les prend pour des libérateurs. Les Squads du Lt LIMBOSCH poussent jusqu’à COGNERS où ils sont aussi chaleureusement accueillis. Dans la nuit, ils ont un engagement sur la route du Mans. Le Sdt ROGIEST est blessé, 3 Allemands abattus. Dans la même nuit, le Lt DEBEFVE prépare une embuscade à la sortie du village de LA FLECHE. Une trentaine d’Allemands sont tués. Le premier SAS Belge, le Sdt R. CARETTE y perd la vie. L’Opération « SHAKESPEARE » se termine le 16 août. (extrait du site: brigade-piron.be; onglet paras SAS)