Lavoir Accès : ruelle entre les maisons n° 106 et 108 de l’Avenue Nationale.

C’est en 1927 que le Conseil municipal vote la construction d’un lavoir sur le Roule-Crotte, au centre du bourg. Il remplace un ancien lavoir privé dont le propriétaire offre la parcelle de terrain à la commune. Le devis de 14 897 F est adjugé à des entrepreneurs d’Arnage. Les matériaux de démolition seront triés pour être réutilisés. Les murs en briques seront enduits en ciment. Le dallage et le vannage emploieront ce matériau. La charpente en chêne et peuplier sera protégée par deux couches de carbonyle et couverte d’ardoises (2e carrée forte), posées au crochet galvanisé sur lattis de peuplier. Les laveuses pousseront une porte en chêne et feront égoutter leur linge sur des « barres à linge chanfreinées, avec angles supérieurs arrondis ». Ce lavoir finalement aura coûté 18 342,36 F. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 8/7)

Des travaux de réfection ont été effectués par les services municipaux au début des années 1990. La ruelle du Lavoir donne accès à un espace de loisirs paysager au bord de la Sarthe.

Monument aux morts près de l'église

La commune d’Arnage

à ses enfants morts pour la France

1914-1918

 

Cette pyramide en pierre calcaire ne comporte des inscriptions que sur sa façade sur des plaques en marbre blanc pour les 36 soldats de la guerre 14-18; sur les emmarchements: une plaque pour 1870-71, 39-45, l’Indochine et l’Algérie et une plaque pour les victimes civiles.

 

 

 

Le 15 février 1919, la municipalité vote le budget pour ériger un monument et cherche un emplacement. Quelques mois plus tard, le choix se porte sur le petit jardin devant le Bureau des Postes, transformé en place ; la grille du Bureau des Postes devant servir à enclore le monument. Proposition qui ne convient pas du tout à la commission préfectorale ! Celle-ci demande qu’il soit placé au milieu de la place. De plus, elle critique les mauvaises proportions entre le socle et la pyramide qui doit être plus haute.

Quand arrive cette contestation, les travaux ont commencé grâce aux 1 699,50 F des souscripteurs et la municipalité décide de ne rien modifier. Un marché de 5 000 F a été passé entre le maire et l’entrepreneur Babhelot, Rue de Villeneuve au Mans. Le monument sera  entouré de la grille récupérée devant le Bureau des Postes et la base  sera maçonnée avec les pierres des murs démolis  du jardin devant le Bureau des Postes. Une plaque en marbre recevra les inscriptions. Ce monument doit embellir le bourg sans  entraver la circulation. Le conseil vote un budget de 3 000 F pour compléter la souscription.

Le monument, déplacé en 1955, se trouvait  entre l’Avenue Nationale et l’ancien Bureau des Postes, grande bâtisse, à l’angle du chemin de Tête Noire et le n°51 de l’Avenue Nationale.( Arch. dép. Sarthe 2 O 8-7)

Dans le cimetière, un carré militaire empierré au bord d’une des allées d’entrée est délimité par une bordure en ciment. deux obus aux extrémités encadrent 7  stèles en marbre rose derrière une rangée de rosiers dont l’une porte l’inscription « Ici reposent 5 soldats inconnus morts pour la patrie 1870-1871 » ; les 6 autres concernent des soldats Morts pour la France pendant la Grande Guerre avec la date et leur âge. Sur l’avant,  une plaque en marbre rose  gravée en doré : « Carré militaire réalisé en 2008 avec la participation de la ville d’Arnage le Souvenir français l’Office National des Anciens Combattants ».

Monument paroissial chapelle de l'église

A la mémoire des enfants d’Arnage

morts pour la France 1914-1918

Qu’ils reposent en paix

Ce monument en plâtre est constitué d’une sculpture centrale, couleur terre, évoquant le passage de la vie terrestre à la vie céleste, entourée de deux plaques en marbre de chaque côté avec 39 noms de soldats gravés par ordre alphabétique.

 

Guerre 1870-71 cimetière

Cette plaque dans le carré militaire rappelle les morts de la guerre 1870-71; il n’y a pas de tombe caractéristique de cette guerre dans le cimetière. Ces faits sont aussi rappelés sur le monument aux morts.