Rue du Chédouet, route de Roullée

C’est un peu contraint que le Conseil municipal vote, le 14 août 1868, le projet de construction d’un lavoir public sur le Chédouet. « La commune ne peut contribuer mais approuve par avance les souscriptions qui seront faites ». Le préfet promet un secours sur « les fonds d’amendes correctionnelles » à la clôture des souscriptions. Sur les 1 000 F du devis, les souscripteurs apportent 425 F. Malgré cela, le maire reste intransigeant et ne fait aucun sacrifice au budget, il n’alloue que 100 F. Le projet est sur le point d’échouer car « ce lavoir ne peut être considéré d’utilité générale » selon la municipalité. Est-ce parce que la propriété du maire est atteinte par la dérivation du ruisseau? Une solution est en vue: la dérivation se fera sur un terrain communal et le rapport du Conseil du Bâtiment civil propose « l’établissement d’un bassin pour lavoir avec hangar sur un des côtés ». Une partie seulement des travaux sera effectuée pour ne dépenser que les 525 F disponibles. Le préfet accorde 35 F. Mais « par suite des malheurs, les travaux n’ont pu être mis en activité que vers juillet 1871 ». Le 21 août 1871, pour payer le maçon, le maire sollicite le percepteur. Surprise! Celui-ci ignorait le commencement des travaux ! Le 25 août 1871, le maire et l’architecte se rencontrent sur le chantier. Surprise ! Le lavoir ne ressemble en rien à ce qui avait été autorisé ! Au lieu d’être perpendiculaire à la route, à cheval sur le ruisseau pour que l’eau s’écoule, il est parallèle. En fait, le lavoir est un fossé où les laveuses manquent de place pour circuler et poser le linge derrière elles. Le maire aurait donné des plans avant de partir en voyage. Quand il est rentré cinq jours après, le lavoir était achevé. L’architecte ne veut pas accepter les travaux. Malgré le peu de conformité avec ce qui avait été prévu, le préfet alloue 300 F. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 139/9)

Cette construction a été refaite puisqu’actuellement, l’écoulement de l’eau du bassin, gardant la trace de la vanne, passe sous le lavoir.