Lavoir du bourg : impasse du Lavoir, face à l’église

En 1879, la commune possède déjà un petit lavoir dans le Champ de la fontaine et va l’agrandir grâce à la donation d’une parcelle attenante. Les donateurs, les époux SOUCHAY, pourront y avoir accès par une porte privative pour venir y laver et puiser l’eau tout en gardant le droit de planter des arbres en espaliers et des pieds de vigne le long du mur de clôture et de sceller des pattes crochets et des clous pour fixer du treillage afin d’y attacher les dites plantations. (Arch. dép. Sarthe, 4 O 126/1)

Six entreprises ont œuvré à la construction de ce lavoir, dirigée par le maire M.GIRARD (plaque). Les murs sont en moellons. Les angles et les jambages de la porte à l’arrière sont montés en briques. De même le pavage était en briques du Gibet (Orne). Les tuiles furent fournies par le maire et les donateurs. Trente neuf souscripteurs ayant versé 235,50 F ont aidé au paiement de ces travaux dont le montant s’est élevé à 969 F. (Archives municipales)

Il a été restauré en 2007 avec l’aide du Conseil général et de la Communauté de communes de l’Huisne Sarthoise.

Lavoir des Guillotières

Son histoire, un peu compliquée, commence en 1855 quand la commune se trouve dépossédée de l’usage du lavoir existant sur le bras des Grands Moulins(Huisne). De 1860 à 1870, la commune va chercher à acquérir le terrain nécessaire à la construction d’un lavoir public avec un accès facile sans passer par la Ferté-Bernard. Après la donation d’une ruelle menant à cet ancien lavoir puis l’achat d’une portion de 120 m de long dans le Pré Belard pour 771 F, l’adjudication des travaux a lieu en septembre 1875.

plan 1875      Arch.dép.Sarthe 4 O 126/1

La municipalité devra construire un mur de séparation de 2,33 m de hauteur. Trois marches en granit descendent au plancher mobile de ce grand bâtiment de 12 m de long nécessaire à une population ouvrière nombreuse. La charpente, toute en chêne et couverte en tuiles, protège les laveuses. La souscription des 145 habitants rapporte 1 349 F sur les 3 500 F du devis. Un particulier prête 1 876 F à 4,5 % sur trois ans. La réception définitive se fait en 1877. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 80/7; 4 O 126/1)

Cette partie de la commune a été annexée à La Ferté-Bernard en 1889. Cette ville a refait le lavoir en 1905. Il ne reste aujourd’hui que son accès : « la ruelle du Pré Bélard ».