Lavoir du Boulay RD 164 au Boulay

En 1912, la municipalité choisit d’établir le lavoir public au Boulay, sur la Sarthe plutôt que dans l’ancien bief du moulin. Des cessions gratuites de terrain, pour le bâti et l’accès, rendent possible cette construction à plancher mobile, sur un devis de 2 800 F. Mais le passage n’étant prévu qu’avec des brouettes, la municipalité préfère un chemin praticable en voiture avec un espace de retournement malgré le supplément de 750 F. Le don de 500 F du maire, M. de TORCY, les 250 F de secours départemental n’y suffisent pas et la commune va emprunter 3 000 F sur 30 ans. Le lavoir est loué pour 50 F par an, charge au bailleur de le nettoyer, de graisser le mécanisme, de lever la planche tous les soirs de façon que le pont ne touche pas l’eau. Chaque laveuse doit verser 10 c par jour ou prendre un abonnement trimestriel de 0,75 F. Le bail va être renouvelé au moins jusqu’en 1920. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 358/7)

Le lavoir a été restauré en 1995.

Lavoir du bourg

Suite à la construction du chemin vicinal de Teillé à Ballon de 1844 à 1846, la municipalité procède à un échange de terrain avec M. de COURCIVAL pour permettre le creusement d’une mare à usage de lavoir-abreuvoir.

plan 1848         Arch.dép.Sarthe 2 O 358/7

Le maire s’adressant au préfet, indique en 1848, « j’ai des malheureux sans ouvrage que je pourrais occuper à cette mare aussitôt que les formalités seront remplies ». Le devis de l’agent-voyer pour les terrassements, les murs maçonnés et un aqueduc s’élève à 1 943 F dont 409 F vont être pris en charge par les habitants.(en jaune lavoir-abreuvoir à construire; en rouge, excédent de terrain à céder)

En 1879, il est question de combler cette mare qui a « mauvais effet dans le bourg » et qui est dangereuse pour les enfants de l’école. Un abreuvoir est aménagé dans un fossé mais il s’avère vite trop étroit.