Lavoirs publics

Le 13 décembre 1855, le Conseil municipal étudie le devis de construction d’un lavoir public au port. Des murs, de 9 m côté rivière et de 10 m le long de l’arrivée du bac, soutiendront le lavoir formé de blocs de marbre de pays, bien taillés, épais de 30 cm. Un lavoir identique est construit en même temps, un peu plus en aval, mais aux frais d’un bienfaiteur. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 345/7)

plan 1922 Arch.dép.Sarthe 3 S 376

En 1922, lors du déplacement de l’abreuvoir communal à l’initiative de la société des Marbreries de l’Ouest, en aval de l’usine, pour permettre son agrandissement, un petit lavoir constitué simplement de trois murs dépassant à peine le niveau des terrains est, lui aussi, déplacé. (Arch. dép. Sarthe, 3 S 376)

Bateau-lavoir public

Le 7 décembre 1913, le Conseil municipal décide la construction d’un bateau-lavoir pour douze laveuses. Un marché de gré à gré avec M. CHARDEYRON, entrepreneur à Malicorne, est conclu pour 2 100 F. Ce bateau de 6 m sur 3,75 m, est équipé d’un plancher en sapin, avec deux côtés de lavage, séparés par une cloison avec porte coulissante au milieu. Il est entièrement couvert en tôles galvanisées et ondulées, posées sur une charpente en fers corniers. Huit tréteaux de 4 m, sur des pieds en fer, sont fixés pour égoutter le linge. Des cabinets d’aisance occupent un angle. La coque reçoit deux couches de goudron et l’ensemble trois couches de blanc de zinc. Il ne possède pas de buanderie. Le préfet autorise la municipalité à l’établir rive gauche de la Sarthe, près de l’abreuvoir, en aval du pont, côté contre-halage. Le traitement du préposé à la surveillance du bateau-lavoir passe de 50 F en 1930, à 60 F en 1933 puis à 90 F en 1939. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 345/7)

La carte postale montre ce bateau-lavoir dans les années 1950.(photo mise en avant)

Bateau-lavoir de l'abbaye

En 1873, le Révérend père Dom FONTEINNE, cellérier à l’Abbaye de Solesmes est autorisé à établir un bateau-lavoir de 14,20 m sur 6 m, en face l’abbaye, au bord du jardin de la Saulaie, sur la rive gauche de la Sarthe. En 1884, le nouveau bateau-lavoir qui le remplace, avec un escalier d’accès en pierre, sera enlevé au cours de l’année 1905. (Arch. dép. Sarthe, 3 S 108)

carré militaire de l'hôpital de l'abbaye cimetière

Ce carré  militaire est signalé dans le centre de la ville par le nom de la place du Souvenir Français. Dans le cimetière, un écriteau nous rappelle que le carré a été rénové par l’Etat, la commune de Solesmes et le Souvenir Français à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et inauguré le 10 février 2018. D’autre part, un panneau signalétique donne toutes les explications de sa création.

 

Durant la Première Guerre mondiale, l’accueil des militaires blessés et malades donne lieu à la mobilisation d’un demi million de lits dans près de 10 000 hôpitaux et annexes, répartis sur 3 200 communes.

A Solesmes, l’abbaye bénédictine de Saint Pierre accueille deux hôpitaux complémentaires. Le premier ouvre le 25 décembre 1914 et fonctionne jusqu’en février 1920: il comporte 200 lits réservés au traitement des tuberculeux. Le second fonctionne du 13 mars 1915 au 28 février 1919 et comprend 392 lits réservés à la chirurgie osseuse et au traitement chirurgical des  tuberculoses osseuses.

Le carré militaire de Solesmes a été créé le 14 février 1915  pour inhumer les soldats décédés dans ces hôpitaux complémentaires et dont les corps n’ont pas été restitués aux familles à l’issue de la guerre.Le carré de Solesmes rassemble 105 tombes ( dont 73 inhumés en sépultures perpétuelles) principalement de soldats mais aussi la sépulture d’un prêtre, d’une infirmière et de deux soldats tombés pendant la deuxième guerre mondiale.

Monument aux morts cimetière

Hommage aux soldats de Solesmes

morts pour la France

1914    1918

Le monument est érigé dans un espace limité par des bordures en ciment, devant le mur d’enceinte, près de l’entrée côté rue. Une allée le sépare de la chapelle. Six obus sont fixés sur les bordures; des arbustes et jardinières encadrent le monument surélevé par trois emmarchements. Seule la partie en façade reçoit les inscriptions gravées en rouge dans la pierre: sur le socle, les noms de 28 soldats sur deux colonnes par ordre alphabétique sous une croix de guerre accrochée à un ruban; en-dessous, pour 1939-1945, les noms de 11 victimes. Une plaque vient d’être ajoutée en 2021, sur l’emmarchement avec 3 noms.

 

Le 22 février 1920, le conseil municipal approuve à l’unanimité l’avis d’une souscription pour élever un monument dans le cimetière communal qui rappellera aux générations futures que les habitants de Solesmes se sont glorieusement sacrifiés pour la France. À la séance suivante, le maire relate que la souscription se monte à 1 700 F alors qu’il faudrait 2 300 F pour avoir un monument convenable. Il propose de demander au préfet l’autorisation de prélever 600 F sur l’entretien des bâtiments et sur les dépenses imprévues.

En juillet, la commission préfectorale juge que la conception n’est pas celle qui convient pour être adossé à un mur. Le maire s’étonne qu’une commission puisse, sans se déplacer et sur un simple plan, porter un jugement plus compétent que les intéressés eux-mêmes. […] Les ressources communales ne permettent pas de financer le modèle, même le plus simple, de l’artiste Gaullier contrairement à la marbrerie de Sablé qui a fourni un plan très convenable.  L’emplacement choisi a été mûrement réfléchi ; un autre supposerait un entourage en fonte ou en fer. Si le monument ne doit pas être adossé au mur, il sera placé à 0,70 m et des arbustes viendront cacher le mur. Comme la commune ne sollicite pas de subvention d’État, le préfet prie la commission d’approuver le projet !

Le 21 août, le maire informe le conseil que le Bureau de Bienfaisance renonce à la part des pauvres pour le terrain choisi pour le monument, soit 12 m2. Fin décembre 1920, le maire, Monsieur le comte du Pontavice de Vaugarny et Jean-Baptiste Gaudion, comptable à la Société des Marbres de l’Ouest signent le marché pour un monument commémoratif en granit de Belgique aux parties polies et bouchardées, de 2,85 m de haut sur un socle de 1,20 m sur 0,50 m. Cette même entreprise se charge aussi des fondations, de la pose, du transport de Sablé à Solesmes, des inscriptions gravées mais pas dorées. Seule la première lettre du prénom sera gravée ; le tout pour la somme de 2 200 F.

L’Ouest-Éclair du 11 juin 1921 relate la cérémonie d’inauguration du monument. Le dimanche matin, l’Amicale des Démobilisés reçoit un drapeau bénit par le curé au cours de la messe. À l’issue de la cérémonie religieuse, le colonel chef d’État Major de la 4ème Région remet la médaille militaire à MM. Besnard et Charlot. Un banquet pour 80 couverts précède l’inauguration du monument, élégante pyramide portant les noms des 28 Solesmiens, placée dans le cimetière.

Lors de la séance du 17 juin 1923, le maire dénonce le manque de bordures pour retenir le sable aux abords du monument par temps de pluie. Il propose une somme de 500 F pour limiter l’espace avec une bordure en pierre ou en ciment sur laquelle seront fixées des chaînes servant à relier les obus, trophées de guerre. (Arch. dép. Sarthe 2 O 345/7)

Monument paroissial

Il n’y a pas de monument paroissial dans cette commune.