Lavoir

Le 14 janvier 1939, le maire demande au ministère de l’Agriculture, le concours gratuit du Génie rural et une subvention pour l’installation du lavoir communal et la distribution de l’eau. Un an après, les frais à engager étant trop importants, la municipalité renonce au projet. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 319/7)

Un lavoir a bien existé au centre du bourg et a été bouché il y a une quarantaine d’années. Un autre était établi à Rivallon, à deux ou trois kilomètres du village, sur le ruisseau dit de la fontaine de la Pérauderie. (Mairie)

Monument aux morts le long du mur, près de l'église

Aux enfants de St Pierre de Chevillé

morts pour la France

1914-1918

Cette pyramide en pierre s’élève sur une plateforme, sur un double emmarchement. Un buste de Poilu sur des rameaux d’olivier, est sculpté en relief sur le fût; la plaque avec la dédicace est fixée juste en-dessous. Les noms de 34 soldats sont gravés en lettres dorées, sur une plaque de marbre gris, apposée sur le socle. Latéralement, deux petites plaques à la liaison entre le socle et le fût pour:

Le 16 décembre 1920, le maire soumet au conseil les pièces du projet de Monument Commémoratif de la Grande guerre, à élever sur la place publique spécialement aménagée dans une partie du jardin du presbytère. Le conseil adopte plan et devis et demande de traiter les travaux avec M. Boff, sculpteur à Château-du-Loir, pour la somme de 2 255 F ; transport et matériaux étant offerts gratuitement par des habitants de la commune. La dépense sera prélevée sur les 2 563 F de souscriptions particulières.

Mais en janvier 1921, pour la commission spéciale les coupures en hauteur du monument ne sont pas bonnes au point de vue des proportions ; il y aurait aussi grand intérêt à augmenter la largeur de la pyramide et de son socle. En février, elle constate que le dessin qui lui est présenté n’a aucun caractère artistique et estime que la commune aurait intérêt à s’adresser à un homme de l’art.

Le maire rétorque que la commune de Saint-Pierre-de-Chevillé, tout comme Thoiré-sur-Dinan et Jupilles, a fait appel à M. Boff car, pour un prix relativement peu élevé, il s’engage à exécuter le monument. La commune ne peut imiter ce qui a été fait à Dissay-sous-Courcillon, projet beaucoup trop coûteux dépassant les 2 500 F dont elle dispose. Le préfet suggère que le maire demande à M. Boff de reproduire le projet de Thoiré-sur-Dinan qui a été accepté par la commission spéciale.

Le 19 avril 1921, la commission spéciale accepte le projet ! Fin juin, le maire sollicite l’autorisation du conseil pour traiter de gré à gré avec M. Boff, pour la construction du monument. Ce dernier, s’engage à exécuter un monument en pierre de Lavoux dure, suivant le modèle accepté, pour le prix de 2 250 F, les frais de pose et les gravures étant compris. (Arch. dép. Sarthe 2 O 319/7)

Monument paroissial nef

La paroisse de St Pierre de Chevillé

A ses enfants morts pour la France

1914-1919

Les noms et prénoms de 36 soldats sont gravés en lettres rouges sur cette plaque qui est au centre d’un ensemble en plâtre sculpté: casque et rameaux de chêne et laurier en haut et croix de guerre en bas; fourragères latéralement et grenades dans les angles inférieurs.

guerre 1870-1871 cimetière

Cette tombe conforme à la loi d’avril 1873, marque le passage de la guerre 1870-1871 dans ce village. Un médaillon porte le nom du soldat décédé.

guerres cimetière

A la mémoire des anciens combattants

Sur ce monument, une plaque de marbre blanc est apposée avec cette dédicace et la date du 8 mai 1996.

 

Un certain nombre de tombes sont repérées par le « Souvenir français »; quelques-unes gardent des plaques émaillées encore lisibles.