Lavoir de la Tortaigne Place de la mairie

Le 31 août 1935, la municipalité décide d’établir un lavoir public dans l’agglomération du bourg, près de la Place du Monument en même temps qu’un vannage mobile sur la Tortaigne ; ce qui éviterait les inondations et faciliterait le nettoyage, en aval du ruisseau. Les riverains étant d’accord pour l’établissement de ce barrage, le préfet accepte le projet. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 264/8)

Il a été restauré dans les années 2000.

Lavoir des Grands Moulins

En 1904, la municipalité veut acheter tout le terrain nécessaire dans le pré des Grands Moulins, cadastré L n°385 et 386,  pour édifier un lavoir et un abreuvoir avec le droit de passage dans le pré. Ce lavoir sera situé sur le Loir, à 200m au sud du bourg.  «C’est le seul emplacement possible, ailleurs le Loir est trop profond pour l’abreuvoir» note l’architecte.

Début 1905, lors de l’enquête pour la déclaration d’utilité publique, le commissaire-enquêteur constate que «la commune ne possède ni lavoir ni abreuvoir publics, que le plus grand nombre des habitants n’en possèdent pas non plus et ne peuvent en établir vu qu’ils ne sont pas propriétaires des terrains sur le bord de la rivière. C’est urgent de construire un lavoir public et d’établir un abreuvoir». Un arrangement à l’amiable est finalement trouvé entre le maire et le propriétaire du pré et l’acte de vente est signé le 14 juillet 1905. Et l’adjudication des travaux a lieu le 23 juillet.

Fin décembre 1905, lors de la réception définitive, le décompte de 2 286,49 F, décrit une construction en moellons et briques belges avec un dallage en ciment. Le plancher est mobile et la couverture est en ardoises. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 264/8). Ce lavoir n’existe plus.

Lavoir de la Hussaudière route de la Troparie à 1200m du bourg

C’est en 1910, que la municipalité envisage d’établir un lavoir de 8 m de long, couvert en ardoises, dans ce hameau. Les murs sont en moellons fournis par les propriétaires voisins et en briques «au charbon»; le pavage est en briques belges. Une vieille boîte d’essieu de voiture en fonte, est employée pour la réalisation de la bonde! Le devis est de 964,65 F. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 264/8)

De grosses pierres posées debout retiennent les terres autour du bassin et une petite cheminée d’angle apportait un peu de confort aux laveuses.

 

Lavoir de Dauvers impasse du lavoir

Toujours en 1910, les habitants de cette autre partie du village vont aussi avoir leur lavoir public couvert en ardoises avec le même système de bonde et une maçonnerie en briques belges. Trois portes en sapin, à glissière, y accèdent. Les travaux sont estimés à 1 080,41 F pour cette construction de 7 m de long. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 264/8)

Lavoir de la fontaine des Ferrières vallée aux Thermeaux, route de la Chapelle Gaugain

plan 1913    Arch.dép.Sarthe 2 O 264/8

 

Le 10 novembre 1913, le préfet approuve la construction d’un lavoir sur le terrain communal, cadastré C.n°307, au bord du ruisseau des Ferrières. Une souscription de 128 F participe au paiement de la construction de ce bassin, estimée 250F.

Le 10 avril 1935, le Conseil municipal accepte un versement de 274 F de souscription des usagers du lavoir, habitant Vancé, pour la construction d’un abri car le travail est terminé. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 264/8) La charpente métallique supporte une couverture et un entourage en tôles ondulées. D’après un voisin et usager, ce lavoir est situé sur la source des Ferriers, nom provenant de l’ancienne mine de fer. L’eau serait potable.

 

 

 

Monument aux morts place de la mairie

A la mémoire glorieuse des enfants de Ruillé-sur-Loir

morts pour la France

1914-1918

Ce monument est dans un espace bien délimité végétalisé et fleuri. La dédicace est gravée sur une plaque fixée sur le socle de cette pyramide qui porte une croix de guerre sculptée. Les noms de 56 soldats dont 6 disparus sont gravés en lettres dorées, par année sur deux plaques fixées latéralement. Les noms de 13 victimes de la guerre 1939-1945 dont 4 déportés sont inscrits sur une plaque apposée sur le fût.

Une plaque a été ajoutée pour Maurice DODIER Indochine

et une autre pour Michel NAIL Afrique du Nord.

 

Au pied du monument, une urne a été déposée contenant de la terre d’un camp de concentration, rappelant la mort en déportation; de même la plaque de l’UNACITA rappelle la rafle des 4 et 5 mai 1944.

 

Le 31 août 1919, le conseil approuve la délibération de la Commission administrative de l’hospice concernant les 1 000 F accordés pour la souscription communale en vue de l’érection d’une plaque commémorative pour les soldats de la commune « Morts pour la France ».  Le même jour, le maire invite le conseil à fixer le montant de la subvention communale à allouer pour commémorer la mémoire des héros et la possibilité d’accorder une subvention qui permettrait d’ériger un monument au lieu et place de la plaque commémorative. Le conseil vote une subvention de 2 000 F et décide d’utiliser les 4 190F de souscription pour élever ce monument.

Malheureusement, le préfet refuse la participation de l’hospice ! Si noble que soit le but envisagé, j’estime que la dotation charitable ne peut être affectée à un tel objet. Il propose au maire de refaire une quête auprès des habitants ou de prélever un crédit sur les disponibilités communales ou d’obtenir le concours de l’État. Le 9 mai 1920, le maire informe le conseil que la société « L’Union sportive de Ruillé-sur-Loir » attribue une subvention de 200 F pour l’érection du monument.

En juin, le maire met le projet de construction du monument dressé par M. Arthur Murisseau, entrepreneur à Ruillé, à la disposition du conseil pour examen. Le conseil approuve le devis de 6 291,50 F. La commission spéciale accepte le projet en août. M. Murisseau s’engage à construire un monument et à fournir tous les matériaux nécessaires, plaques de marbre, inscriptions, entourage avec chaînes. La commune fournira les pierres dures pour l’emmarchement. Le préfet approuve ce traité. (Arch. dép. Sarthe 2 O 264/8)

Dans le haut du cimetière, ce carré militaire rend hommage aux victimes des guerres 1870-1871, 1914-1918 (2 tombes) et 1939-1945 (2 tombes musulmanes)

Monument paroissial nef, sur le pilier à gauche

A la mémoire des enfants de la paroisse de Ruillé sur Loir

morts pour la France

1914-1918

Les noms et prénoms de 55 soldats dont 6 disparus, sont gravés en lettres dorées, par année sur cette plaque de marbre noir. Une plaque a été posée au-dessous pour les victimes de 1939-1945 dont le curé de la paroisse et 4 déportés.

 

Guerre 1870-1871 cimetière

Ces deux plaques remplacent les traditionnelles tombes conformes à la loi de 1873: d’un côté 11 soldats français et de l’autre, 3 soldats allemands.