Lavoir du bourg Route de Brette les Pins

La municipalité achète ce lavoir au bord du Roule Crotte, en juin 1941, pour 3000F à M. DESMOTS instituteur honoraire demeurant au Mans. Il sera entretenu par M. BATTEUX charpentier.

Il fut vraisemblablement construit à la fin du XIXe siècle: M. DESMOTS fut instituteur à Ruaudin dans les années 1880-1890 et le lavoir figure sur la carte postale datant du début du XXe siècle. (archives municipales)

Dans les années 1980, la question de sa restauration ou de sa destruction est discutée au Conseil municipal. En 1986, 40 000F sont nécessaires pour le remettre en état. Il est alors entouré et couvert en tôles. Trop cher, au moment où la commune s’engage dans la construction d’un groupe scolaire primaire. Et si le travail était fait par les bénévoles ! Joël BESNARD, élu municipal, va se charger de négocier l’achat des matériaux. Pendant six semaines, à la fin de l’été, une dizaine de bénévoles vont se retrouver pour redonner vie au lavoir. La charpente est entièrement démontée puis rehaussée. Les pierres de la démolition du Plessis vont servir pour la maçonnerie. Les 3 000 tuiles récupérées dans le Belinois sont brossées une à une et posées. Le tout n’a coûté que 10 000F à la municipalité.

Monument aux morts Dans le cimetière

« La commune de Ruaudin à ses enfants morts pour la France 1914-1918 »

Le monument se trouve face à l’ancienne entrée du cimetière, avant agrandissement. Un premier projet avec le sculpteur Gaullier en 1919 n’avait pas été retenu. Le conseil municipal du 12 juin 1920, suite au devis de 4500F, choisit le projet de Bachelot fils, entrepreneur de monument funéraire, rue de Villeneuve au Mans. Le marché est conclu en novembre.

Il comporte à la fois les morts de 1914-1918 ainsi que ceux de 1939-1945 et la guerre d’Algérie.

tombes 1870 cimetière

tombe française
tombe allemande

monument hommage à Fernand et Ferdinand Boutier salle du conseil municipal

sculpture placée devant la salle du conseil municipal

Fernand Boutier, instituteur du village et son fils Ferdinand Boutier, lycéen tous deux résistants et appartenant à l’Armée secrète ont été arrêtés en 1944; pour le premier,à l’école devant ses élèves, le 24 mars et pour son fils le 21 février au Mans. Ils furent déportés à Neuengamme et n’en reviendront pas. L’école porte le nom de Fernand Boutier. Une sculpture, allégorie de la paix, a été réalisée et installée en 2009 devant la salle du conseil municipal où était déjà apposée une plaque.

 

Plaque hommage Marcel Létang route de Brette les Pins au n°11

plaque Marcel Létang et explications
au n°11 route de Brette les Pins

Cette plaque avait été apposée sur cette maison qui fut son domicile, par ses camarades de la fonderie. Elle avait été enlevée et gardée par le propriétaire. Elle a été remise le 29 juin 2011, avec un panneau explicatif lors d’une cérémonie, en présence de son fils notamment. Son nom avait déjà été donné à la place située derrière la salle du conseil municipal.                                                                                                                                                                                                      

Stèle Dakota chemin des Bondes

Ce monument se trouve sur le chemin qui est à la limite entre Téloché et Ruaudin. Le crash de l’avions Dakota du 30 janvier 1946 a eu lieu dans le pré derrière ce monument. La plaque porte les noms des 11 victimes dont les corps sont au cimetière britannique du Grand-Lucé.