Lavoir

Le lavoir était au bord de la Braye, sur la route de Baillou. Il a été emporté par une crue en 1998. L’une des témoins se souvient d’y avoir lavé de la laine pour faire un matelas. Les gens s’y rendaient avec un âne attelé à une charrette. Il faut dire que la côte est raide et longue pour remonter du lavoir au bourg.

Monument aux morts près de l'église

Rahay

A ses enfants morts pour la France

1914-1918

Cette stèle en granit gris dans un espace bien délimité par une grille remplace le monument aux morts d’origine. Les noms de 26 soldats sont gravés en lettres rouges et un médaillon rappelant le centenaire est apposé.

MARMION Fernand, JOURNET Alphonse, BRETON Henri, HUBERT Henri, DUPART Léon, MERCIER Henri, GAUTIER Maurice, HOUDEBERT Alphonse, JOLY Emile, PECNARD Gustave, DEVARIEUX Henri, GALPIN Marcel, JOURNET Clovis, COUSIN Eugène, GUILLON Arthur, DORIZON Charles, GUILPIN Ferdinand, HADOU Léon, BOUGOIN Emile, CLEMENT Georges, CHEVALIER Gustave, BARRE Lucien, RENVOIZE Fernand, JOURNET Marcel, RENOULT Maurice, RENVOIZE Marcel

Le 10 septembre 1924, un bulletin de recette de la sous-préfecture de Saint-Calais fait état d’un versement d’une souscription de 3 853 F de la commune de Rahay. À la séance du 4 janvier 1925, le maire expose le résultat de ses recherches auprès des entrepreneurs, pour l’érection d’un monument aux Morts de la Guerre. Il donne sa préférence à M. Guittet de La Flèche. Il ferait le monument et les marches en granit de Besançon pour la somme de 7 500 F, inscriptions, transport et pose compris. Les ressources communales s’élèvent 7 564,01 F avec la souscription. Ce projet est validé par la préfecture dès le 19 janvier.

Un traité de gré à gré est signé entre le maire et M. Guittet, le 21 janvier 1925. L’entrepreneur s’engage à exécuter un double emmarchement et une pyramide couronnée d’une croix de guerre sculptée. Des parties seront polies pour recevoir la gravure des noms, une palme et une croix. Les travaux seront terminés pour le 15 avril 1925. (Arch. dép. Sarthe 2 O 252/7)

 

Dans le cimetière, une tombe avec croix de fonte , où reposent les trois frères JOURNET morts pour la France, rappelle le désastre que fut cette guerre dans certaines familles.

Monument paroissial nef

Rahay

A ses enfants morts pour la Patrie

1914-1918

Ils ont mérité une grande gloire et un nom éternel

Qu’ils reposent en paix

Cette plaque de marbre blanc avec deux drapeaux tricolores en tête, recueille les noms et prénoms de 27 soldats, gravés en lettres noires.

Guerre 1870-1871 cimetière

Cette tombe conforme à la loi de 1873, avec une croix latine à l’intérieur, rappelle la guerre 1870 qui a largement touché la Sarthe.