Lavoir À l'Étang, rue du lavoir

En 1934, le nouveau propriétaire du moulin abaisse le niveau d’eau de l’écluse et le lavoir devient inutilisable. Pour parer à cet inconvénient, la mairie va acquérir pour 200 F un terrain cadastré E n° 147 au bord du ruisseau de Saint-Martin, afin d’établir un barrage de lavoir et construire un bassin. Le devis du maçon s’élève à 1 200 F.  (Arch. dép. Sarthe, 2 O 220/7)

Ce grand lavoir est entièrement clos en planches et couvert en tôles, avec un cabinet d’aisance à côté de la porte d’entrée. La restauration du bardage est en cours en 2017.

Le lavoir de Saint-Julien-le-Pauvre

Le hameau conserve un lavoir couvert en tôles et alimenté par une source.

Monument aux morts de Neuvy près de l'église

Aux enfants de la commune 

morts pour la France

1914-1918

Cette pyramide en pierre de taille s’élève près de l’entrée de l’église sur un espace végétalisé et délimité par une haie basse, taillée; deux obus reliés par une chaîne à l’avant. La dédicace est gravée dans la pierre, sous une médaille de la croix de guerre. Les noms et prénoms de 28 soldats sont gravés, par année, en lettres dorées sur une plaque noire fixée sur le socle; à la base, une seconde plaque pour les 6 victimes de la guerre 1939-1945 et une victime en Algérie.

 

Le 7 juillet 1920, le maire invite le conseil à délibérer pour fixer les emplacements des monuments, à voter leur financement et à approuver plans et devis. Le conseil décide d’ériger deux monuments commémoratifs pour perpétuer le souvenir des enfants de Neuvy et de Saint-Julien: un dans chaque paroisse, celui de Neuvy, sur la place publique, celui de Saint-Julien, dans le cimetière. Il approuve les plans et les deux devis de 2 000 F ; inscriptions en sus (300 lettres) et vote un crédit de 2 000 F; le reste sera couvert par les 2 700 F de la souscription publique et il espère une contribution de l’État.

La commission du bureau de Bienfaisance considérant que c’est un devoir de perpétuer la mémoire des soldats tombés pour la Patrie, par un monument et que la commune s’impose de très lourds sacrifices pour cela, renonce à la part revenant aux pauvres pour ce qui concerne celui de Saint-Julien-le-Pauvre.

À la réception du dossier, la commission spéciale demande plus de précisions dans les plans. Elle réitère, avec insistance, sa demande en octobre car les dessins présentés sont tout à fait insuffisants pour permettre d’apprécier la valeur du monument proposé. Jusqu’à ce que le préfet dénonce au ministère de l’Intérieur que l’insistance de la commission concernant la visibilité du monument depuis la route est excessive. Il est urgent d’approuver les projets lorsqu’ils ne sont pas absolument inacceptables, les municipalités et les populations, les souscripteurs en particulier, ne pouvant comprendre les entraves et les retards apportés à l’exécution. De sérieux mécontentements en résultent, se traduisant par la menace de démission ou même de démission effective de municipalités.

Le 16 novembre 1920, un traité de gré à gré engage M. Lalos fils, sculpteur-marbrier, près de la porte du Grand cimetière au Mans, à exécuter les deux monuments, au prix forfaitaire de 2 000 F chacun, posés et tous risques d’accidents à sa charge, hors frais de transport et des inscriptions.

L’Ouest-Éclair du 5 novembre 1921, rapporte l’inauguration du monument, célébrée le jour de la Toussaint. Dans l’église de Neuvy-en-Champagne fort bien décorée, le conseiller général, le conseiller d’arrondissement, la municipalité, les familles des défunts, les anciens combattants et de nombreux habitants assistèrent à la messe solennelle où le curé Bourdin prononça une patriotique allocution. Le cortège s’est rendu au monument pour la bénédiction, à l’issue de laquelle les enfants chantèrent « L’Hymne aux Morts » et le maire appela les 28 noms des « Morts pour la France ». Après les discours du maire et de l’instituteur, les enfants entonnèrent « la Marseillaise » pour clore la cérémonie. (Arch. dép. Sarthe 2 O 220/7)

Monument paroissial de Neuvy nef

La paroisse de Neuvy en Champagne

A ses enfants morts pour la France

Entre deux stations du Chemin de Croix, ce monument en pierre blanche avec un bandeau sculpté -croix de guerre et feuillage de chêne et laurier- rend hommage à 18 soldats dont les noms et prénoms sont gravés en lettres dorées, par année, avec la date complète de leur décès, sur une plaque de marbre rose.

Guerre 1939-1945: monument Atkins carrefour de Souvré

A la mémoire du Sgt Archie M. ATKINS

tombé ici le 7 août 1944

(1er bataillon du 357e Régiment 90e Division d’Infanterie)

Le Maine Libre du 11 août 2021 évoque la cérémonie en l’honneur de Sylviane Sisinno qui a fait de longues recherches sur les évènements du 7 août 1944: un soldat anonyme de la 90e division d’Infanterie américaine tombait sous les balles allemandes à ce carrefour de Souvré. Depuis juin 2019, il n’est plus anonyme, il a pu être identifié. Une stèle a été érigée à cet endroit pour honorer la mémoire du sergent Archie ATKINS, alors âgé de 23ans. Sylviane Sisinno a reçu la médaille du Souvenir français de la part du maire de la nouvelle commune Bernay-Neuvy-en-Champagne, sur proposition du président sarthois des Anciens Combattants pour son long travail de recherche étalé sur dix années. Elle raconte:

Après avoir été confronté à plusieurs attaques violentes à Chammes, à Sainte-Suzanne, Torcé-Viviers et en forêt de Charnie, c’est en arrivant à ce carrefour, le lundi 7 août 1944 que le sergent américain est touché mortellement à la tête par un tir provenant d’un camion allemand arrivé soudain par la route de Cures. Cette mort survenue au milieu d’un important rassemblement de personnes massées sur le parcours, ainsi que le maintien de sa dépouille pendant plusieurs jours dans la maison située près du carrefour ont certainement contribué à ce que ce souvenir soit inscrit et reste dans les mémoires locales.

Monument aux morts de Saint-Julien-le-Pauvre cimetière

Aux enfants de la commune

morts pour la France

1914-1918

Cette pyramide en pierre et la plaque où sont gravés en lettres dorées, par année, les noms de 28 soldats, sont identiques à celles de Neuvy.

Monument paroissial de Saint-Julien-le-Pauvre nef

La paroisse de St Julien en Champagne

A ses enfants morts pour la France

Sur une plaque de marbre rose ayant des ressemblances avec celle de Neuvy, les noms de 7 soldats sont gravés, par année, avec la date complète de leur décès.