Lavoir Rue de l’Aumônerie

En 1907, la municipalité vote l’achat d’un terrain où se trouve un lavoir couvert, sur la Tortaigne, dans le Grand pré (section D n° 307) pour 40 F. Elle va le reconstruire en 1908 pour une dépense de 1 060 F et reçoit un secours départemental de 250 F.

Un côté couvert pour les professionnelles, un côté à ciel ouvert pour les ménagères, et des escaliers pour toutes ces femmes chargées de leurs bassines lourdes de linge.

À partir de 1927, l’usage du lavoir est soumis à une taxe de 3 F par ménage et par an ; celle-ci passe très vite à 5 F. Et lorsque la mairie recherche un préposé pour nettoyer le lavoir, un seul candidat se présente ! En 1933, les laveuses obtiennent des cabinets d’aisances.(Arch. dép. Sarthe, 2 O 159/7)

Il a été rénové par des bénévoles en 1994.

 

Monument aux morts cimetière

Aux enfants de Lavaré

morts pour la France 

1914    1918

Cette pyramide s’élève au milieu de l’allée centrale du cimetière. La dédicace est sculptée dans la pierre du socle. Sous la croix de guerre sculptée, les noms et prénoms de 74 soldats sont gravés par année, sur la plaque de marbre blanc apposée sur le fût. En dessous de celle-ci, une autre en hommage aux 7 victimes de la guerre 1939-1945 dont 3 disparus. Et, sur le socle, une plaque pour deux victimes en Algérie: PECQUENARD Marcel 1956 et ROUILLON Jean 1958.

 

 

Le 11 avril 1920, le maire soumet le projet du monument aux morts, au conseil et lui demande d’en choisir l’emplacement. Il évoque le financement : la commune ajoute 1 000 F aux 1 600 F de la souscription. Le conseil approuve le devis et décide de fixer le monument au milieu de l’allée principale et à 12 m de l’entrée du cimetière. Cet emplacement suppose que la part des pauvres pour ce terrain de 2,89 m2 devra être versée au Bureau de bienfaisance, soit 28, 90 F. Ces travaux demandant les compétences d’un tailleur de pierres, la municipalité choisit M. Compagnon, du Luart. Le devis décrit un monument tout en pierre de Lavoux, taillé sur les quatre faces et avec une croix de guerre sculptée en relief. L’inscription sur le socle « Aux enfants de Lavaré Morts pour la France 1914-1918, sera en lettres naturelles ou noires, gravées dans la pierre et une plaque de marbre blanc de 1 m sur 0,45 m où seront inscrites les 1000 lettres dorées.

Par retour du courrier, le préfet émet un avis favorable à ce projet. Mais fin juin, la commission spéciale estime ce projet insuffisant au point de vue artistique ! Fin août, elle regrette de ne pouvoir l’accepter en raison du manque de proportions et de fautes élémentaires dans tous les détails. Las de tous ces refus, le maire rappelle au préfet que la commune a choisi un ouvrier spécialisé, voisin de la commune, et compétent pour un travail de toute sûreté et beaucoup moins onéreux que les sculpteurs étrangers. Il renvoie donc l’ultime projet dressé par l’agent-voyer et ne demande aucune subvention d’État ! Le 12 juillet 1921 la commission accepte le projet.

Le 7 janvier 1922, le maire reconnait que les travaux sont conformes au devis et prononce la réception définitive devant                  M. Compagnon. (Arch. dép. Sarthe 2 O 159/7)

Monument paroissial

Il n’y a pas de monument paroissial dans cette commune.