Lavoir

En 1835, la route nouvellement tracée passant par le bourg a amputé de moitié la douve, seul point d’eau du village pour lutter contre les incendies, abreuver les bestiaux et laver le linge. De plus, l’ingénieur en a interdit le curage et nettoyage alléguant qu’il était malsain de garder une douve dans un bourg. Le Conseil municipal envoie une lettre pétition au sous-préfet demandant à conserver l’usage de cette nappe d’eau n’ayant jamais eu d’épidémies dans le village. Il a été entendu puisqu’un mur de soutènement en pierres de Cherré y est construit. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 62/8)

douve et lavoir (collection privée)

 

 

Un petit lavoir, clos de planches et couvert en tôles, y a été édifié plus tard puis, cette mare a été comblée en 1968.