Lavoir Carrefour de la C7 avec la D357.

Lors de la construction de la route Le Mans-Laval, la fontaine Saint- Martin se trouve recouverte par l’empierrement.

En 1806, constatant  « qu’il n’existe ni fontaine, ni douet, ni abreuvoir en proximité du bour », M.Pierre COSSON offre de faire un lavoir-abreuvoir « sans bource déliée » pour la commune, en conduisant les eaux descendant du bourg et « l’eau de la fontaine qui s’écoule des deux côtés de la route et rend les bernes impraticables » vers son pré, situé dans l’angle formé par la route départementale et la route d’Étival. Il construirait des trottoirs autour du douet et un mur côtés Sud et Est « pour garantir des vents les laveuses ». Il ne réclame que l’autorisation d’établir une bonde au lavoir-abreuvoir pour arroser son pré et la récupération des pierres de démolition de la grange du presbytère pour la construction.

Mais c’est sans compter sur le rapport de l’agent-voyer M. DUGUÉ qui note qu’un terrain du côté du bourg, offrant aussi de l’eau de source serait plus opportun pour y établir un lavoir et un abreuvoir, cela empêcherait les eaux de détériorer la route. Il ajoute à propos de la prairie communale, dans laquelle M. COSSON propose son projet:

« La prairie de Joué contenant 19 ha appartient à des particuliers, tous les habitants de la commune quand le foin est coupé, y mettent paître leurs bestiaux depuis le 22 juillet jusqu’au 25 mars suivant, quelques propriétaires veulent clore leur portion, le maire s’y est constamment opposé. Il conviendrait d’affermer ce pacage, on pourrait en espérer 300 F, le prix servirait aux besoins de la commune, notamment à payer le desservant, le gouvernement ne lui accordant rien et les habitants ne veulent rien lui donner prétendant que les messes et services doivent lui suffire ».

Aucune réalisation communale durant un siècle !

plan 1910     Arch.dép.Sarthe 2 O 151/7

Mais, début 1910, la municipalité envisage d’acheter, 700 F, le lavoir de M. Henri COSSON, propriétaire à Epineu le Chevreuil, dans la parcelle de 81m² du Pré du bourg, cadastré B n° 377. Nous nous retrouvons au même endroit, le lavoir existant au moins depuis 1857, d’après l’acte de vente. C’est un bassin équipé de planches et bonde, alimenté par des aqueducs. Les artisans de Joué-en-Charnie commencent les travaux de couverture sur les quatre faces du lavoir, en octobre. Cela coûtera 1 530 F. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 151/7)

Ce lavoir est régulièrement entretenu par la commune qui souhaite le valoriser. Un projet de mise en lumière est à l’étude.

.