Lavoir du Gaucher Vers le Camping municipal de la Gironde: balisage « lavoir »

En 1830, le Conseil municipal fait état de nombreuses plaintes contre ce lavoir devenu trop petit et considère qu’il faut doubler sa grandeur. Trois ans plus tard, la somme de 312 F est versée aux fournisseurs et aux ouvriers pour ces travaux.

En 1841, les deux lavoirs publics du Gaucher nécessitent des réparations: construire un aqueduc amenant les eaux du grand bassin au petit situé en dessous et le fermer à l’aide d’une pierre de roussard et d’un pilon en bois avec un collier en fer puis replacer les pierres de taille servant de lavoir. La dépense s’élève à 120 F.

Ce lavoir va être couvert en 1853 en même temps que celui de la Fontaine.

plan 1861      Arch.dép.Sarthe 2 O 89/9

 

En 1861, le grand abreuvoir de 21 m sur 10 m, voisin du lavoir, est entouré de murs et complètement curé.(sur le plan: A le lavoir; D le petit lavoir)

En 1875, le Conseil municipal vote 470 F pour abaisser le niveau du grand lavoir et réparer les murs de l’abreuvoir.

 

Ce lavoir est régulièrement entretenu et fleuri par la commune.(photo mise en avant)

 

Lavoir du hameau de Crannes

plan 1823        Arch.dép.Sarthe 2 O 89/9

En 1823, le passage de la grande route de Mayenne au Mans a changé le tracé du chemin conduisant au hameau de Crannes, en haut de la butte de la Jaunelière. M. CRIE, instituteur à Conlie achète l’excédent de terrain où se trouve la fontaine dont les eaux alimentent les mares et notamment celle qui sert de lavoir à la quinzaine de ménages du hameau. Les aménagements réalisés détournent les eaux de leur cours naturel le long des fossés et amènent des protestations des habitants qui jouissent depuis toujours de cette fontaine et de ce lavoir.

En 1876, le nouveau propriétaire des lieux l’ayant transformé en routoir, la municipalité décide d’un échange de terrain pour construire un abreuvoir et lavoir à la ferme de Crannes.

 

Lavoir de la Fontaine

En juin 1831, le devis dressé par l’agent voyer pour établir deux lavoirs publics à la Grande Fontaine pour 232 F, est adopté par le Conseil municipal.

plan 1853     Arch.dép.Sarthe 2 O 89/9

En 1853, la municipalité constatant que le bassin en A manque d’eau en été et que les laveuses sont exposées aux allers et retours des bestiaux allant s’abreuver en B, elle décide de démolir les murs du bassin A pour reconstruire le lavoir en B, d’élever des murs tout autour et de couvrir cet espace. Afin de ne pas empiéter sur la rue, elle acquiert une parcelle de terrain du jardin voisin. Ce lavoir n’existe plus depuis une trentaine d’années.

 

 

Lavoir de Vinay

En 1881, la municipalité décide d’établir une fontaine et un lavoir-abreuvoir dans ce hameau. Les moellons de roussard pour les murs de ce bassin seront extraits à Vinay et maçonnés avec du sable de Sainte-Sabine et de la chaux grasse de Domfront. Les dalles à laver, en pierres de taille de granit ou de marbre, posées sur trois côtés, proviendront des carrières de Ruillé.(Arch. dép. Sarthe, 2 O 89/9)