En novembre 1930, la municipalité décide la construction d’un lavoir public de 7 m de long sur 2 m de largeur, sur l’Orne Saosnoise, en bordure du chemin n°76. On prévoit un « pont à lever à volonté ». La charpente doit être en chêne et la couverture en tuiles de Beauvais. Deux portes sont prévues pour accéder à ce lavoir clos de murets surmontés de planches. Le coût de ces travaux est estimé à 3 356,31 F. Un marché de gré à gré va entériner le projet qui sera financé par une imposition extraordinaire. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 88/7)

Ce lavoir a été déplacé au début des années 1960 quand une baignade en rivière a été réalisée. Quelques années plus tard il a été démoli. Il ne reste qu’une plate-forme en ciment sur la rivière, en bordure de la rue. (Témoignage)