Lavoir Rue de la 2°DB, au pont sur la Bienne

plan 1906      Arch.dép.Sarthe 2 O 78/7

C’est en 1906 que la commune hérite de M. Gédéon LEMAIRE. Dans son testament on peut lire : « j’aimerais que le Conseil municipal voulut bien prendre sur la somme que je laisse à la commune, l’argent nécessaire pour faire installer un lavoir pavé ou dallé et couvert, à l’usage de tout le monde près du pont qui est sur la route, entre le « Perron » et le bourg ». Le vœu de ce généreux donateur est exaucé dès 1907.

Peut-être un peu trop rapidement car la première réception décèle des malfaçons. Le 18 octobre 1908, le lavoir est jugé conforme. Il a deux planchers mobiles : l’un côté rivière et l’autre, côté du réservoir creusé dans la parcelle. Les eaux y arrivent par un aqueduc, sous la plate-forme fixe et en sortent par un autre ; ainsi le régime des eaux de la Bienne ne se trouve pas modifié. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 78/7)

 

La façade du lavoir porte toujours la mention du don, ainsi que l’indication:

« Ce lavoir est réservé pour les habitants de Chérancé.

Les étrangers ne pourront y laver sous peine d’amende ».

Les deux portes qui permettaient d’accéder au côté rivière et au côté réservoir existent toujours. Cependant, seule la partie sur la Bienne a été restaurée en 2002 lors du comice agricole, l’autre partie ayant été condamnée dans les années 1980.

Monument aux morts près de l'église

La commune de Chérancé 

à ses enfants morts pour la France

Les 25 noms  des soldats morts durant la guerre 1914-1918 (dont 2 disparus)  sont inscrits sur une plaque d’ardoise fixée sur une pyramide simple posée sur un soubassement. Un casque pris dans les feuillages de lauriers et chênes est sculpté en bas de la pyramide qui est entourée de quatre obus. Trois plaques ont été fixées latéralement: une pour la guerre 1939-1945 et une pour la Libération 10 et 11 août 1944 et une plaque pour l’Algérie (Besnier Georges).

Le 22 février 1919, le maire invite le Conseil à délibérer sur l’acquisition de tableaux destinés à la Mairie, à l’École des Garçons et à l’École des filles, sur lesquels seront inscrits les noms des soldats de la commune morts pour la patrie. À la séance suivante, il communique le projet de monument commémoratif. Le conseil l’adopte et décide qu’il sera financé par la souscription des habitants, soit 2 894 F et une subvention demandée au préfet pour atteindre la somme forfaitaire de 3 600 F. Le projet du monument sur la place publique est aussitôt accepté. Mais, en juin, pour la commission préfectorale il y aurait intérêt à augmenter très sensiblement la hauteur du socle […] surtout pour l’emplacement projeté sur une place en avant d’une église.

Le 8 mars 1921, M.Gaullier, sculpteur 112 Avenue de Paris au Mans s’engage auprès du maire, à ériger un monument commémoratif aux soldats de la commune morts pour la Patrie, Guerre 1914-1919, en pierre de taille de Chauvigny, avec sculpture, plaque, gravure pour 3600F, le transport jusqu’à la gare de Chérancé étant compris. Le 17 mars 1921, le maire signe un traité  de gré à gré avec M. Blavette, entrepreneur de travaux à Grandchamp pour les fondations. Le devis s’élève à                     1 209,50 F. La réception des travaux a lieu le 10 mai 1921.

Lors de la séance du 9 janvier 1922, le conseil décide d’entourer le monument d’une grille avec obus. (Arch. dép. Sarthe 2 O 78/7)

Monument paroissial

Il n’y a pas de monument paroissial dans cette commune.

Guerre 1939-1945: hommage à la 2e DB