Lavoir de la Fontaine chaude

Les femmes du bourg se rendaient au lavoir de la Fontaine chaude. En 1872, la municipalité achète un terrain pour en faciliter l’accès. En 1892, une crue particulièrement sévère le détruit. Ne faudrait-il pas le déplacer ? Après discussion, il sera finalement reconstruit au même endroit avec l’ajout d’une passerelle, les élus constatant que « le lavoir satisfait un besoin de première nécessité dans l’intérêt d’une population toute entière qui le considère comme un bien absolu ». Il était d’une forme exceptionnelle : huit grands bassins en forme d’octogone ouverts à toutes et un bassin rectangulaire de quatre places pour les professionnelles. Le Merdereau qui les alimentait, passait au milieu de ces lavoirs en partie couverts au-dessus des laveuses. (Archives municipales) Aucune trace ne subsiste de cette installation.

carte postale Arch.dép.Sarthe 2 FI 4810

 

Sur cette carte postale du tout début du XXe siècle, un grand nombre de personnes se retrouvent au bord de l’Huisne, près du moulin. Est-ce le rinçage des toiles de la filature qui est proche ? ou les soldats d’Auvours de corvée de lavage. Une certitude : aucun abri face aux intempéries !

Monument aux morts à l'entrée du cimetière

 La commune de Champagné à ses enfants morts pour la France

Le monument est constitué d’un fronton blanc devant le mur extérieur de l’entrée principale du cimetière, entre le chemin des Aîtres et la route d’Auvours, sur lequel sont fixées deux grandes plaques en marbre noir, une jardinière fleurie de chaque côté. Toutes les inscriptions sont gravées et dorées : les 55 noms des soldats morts à la guerre 1914-1918, les 5 de la guerre 1939-1945 et les 16 fusillés au camp d’Auvours en 1943-44. Y figurent aussi l’Indochine, l’Algérie et Ouvéa.

 

À la séance municipale du 10 juin 1920, le conseil délibère pour un projet de monument pour les guerres de 1870-1871 et 1914-1918 et décide de commander trois plaques commémoratives destinées à être apposées sur le monument et dans l’attente seront posées dans la mairie. La dépense de 580 F sera couverte par la souscription de 534,50 F et un crédit municipal de 45,50 F. Le projet semble fixé définitivement. Pourtant le 2 octobre 1920, à nouveau le conseil délibère pour poser ces trois plaques en ardoise, temporairement sur les murs extérieurs de la mairie pour un coût de 482,76 F.

ce monument se trouvait sur le lieu actuel de la Poste.

En mai 1921, le projet évolue suite aux devis du marbrier et du maçon. Célot-Leconan marbrier sculpteur 127 Avenue  Grand-Cimetière Le Mans, exécutera un monument en pierre de Sireuil et de Château-Gaillard pour 3 090,50 F. Il fixera des plaques en ardoise avec 12 rosaces cuivrées. Il gravera 424 lettres en doré. Félix CHARLOT, entrepreneur à Champagné dressera un bloc en béton pour surélever le monument pour un coût de 480,12 F.

emplacement monument ancien

Reste à trouver l’emplacement. En juillet 1921, le maire informe son conseil que Georges Bouhours, hôtelier à Champagné fait donation d’un terrain de 46,80 m2. En septembre, le marché est conclu avec le marbrier pour 3 090 F. Début décembre 1922, la municipalité demande un entourage pour protéger le monument car placé entre deux routes très passagères et les enfants y pénètrent. Ce sera un mur en moellons de 0,60 m de haut et large de 40 cm, surélevé de deux marches ; une grille sera posée dessus. Émile Gayet, cimentier à Champagné , réalise cette protection facturée 2 317 F. (Arch. dép. Sarthe 2 O 54-7)

 

Le dimanche 6 novembre 1921 aura lieu l’inauguration du monument élevé par la commune pour commémorer tous ses habitants morts pour la France pendant la Grande Guerre sous la présidence du préfet et autres personnalités parlementaires et militaires.

Programme de la journée :

9 heures : messe ; 10 heures : bénédiction du monument ; 11 heures : réception des invités à la mairie ; à 11 heures 15 inauguration du monument ; à midi, au cimetière, visite du monument de 1870-71 ; à midi 30, banquet offert aux démobilisés. À 9 heures 30 du soir grand feu d’artifice sur l’Huisne ; bals gratuits.

Le journal du 9 novembre 1921 confirme cette organisation en ajoutant que le cortège formé aussi des familles des disparus, des démobilisés, des pupilles de la Nation et des enfants des écoles s’est rendu devant le monument érigé à l’entrée du bourg sur la route de la gare ; c’est une pyramide de belle allure dont les faces portent les noms des 70 braves de Champagné morts pour la défense du Droit et de la Liberté.

Après les discours rappelant l’héroïsme de ceux qui sont tombés, les enfants ont chanté un hymne aux morts. Pendant que la Musique de Saint-Corneille jouait la Marseillaise, des couronnes et une superbe palme en bronze offerte par les anciens combattants de Champagné étaient déposées au pied du monument.

Une cérémonie a eu lieu au cimetière devant la colonne en granit érigée par les Mobiles de la Loire Inférieure à la mémoire de leurs frères  tombés pendant les combats d’Auvours les 10 et 11 janvier 1871.

Sur les tombes des soldats belges, le maire a déposé deux superbes couronnes offertes par la commune. Les anciens combattants belges ont fleuri les sépultures de leurs camarades.

Après un défilé dans les rues, une délégation se rend au chevet d’un soldat, de 34 ans, grièvement blessé le 5 mai 1918 ; cloué au lit par une fracture de la colonne vertébrale. Après cette touchante visite, un banquet réuni 300 convives.

 

Aux enfants de la Belgique

La commune de Champagné reconnaissante

Cette inscription figure sur la plaque fixée au mur, en haut du cimetière où un carré militaire est consacré aux soldats belges qui étaient regroupés au camp d’Auvours et qui sont morts de la grippe espagnole.

carré militaire

Le 2 août 1921, le journal Ouest-Eclair relate la fête nationale belge célébrée le dimanche précédent. À 9 heures,  l’office religieux était célébré dans l’église fort bien décorée et ornée de drapeaux belges et français. Un catafalque avait été élevé devant l’autel […] recouvert du drapeau national belge.[..] Après l’exécution à l’harmonium des hymnes belge et français, l’absoute fut donnée. Un cortège se forma et se rendit au cimetière. Une couronne et une palme en bronze furent déposées sur les tombes des soldats belges.

Monument paroissial église

HONNEUR         PATRIE

1914   A la mémoire des officiers, sous-officiers et soldats de Champagné    1918

A l’entrée de l’église, sur cette plaque en ardoise dans un cadre en bois, les noms de 48 soldats morts et 9 disparus sont gravés avec l’indication de leur âge, par années de combat. Cette mention « 28 juin 1919 cette plaque a été offerte par les habitants de Champagné » figure en bas de la plaque.

guerre 1870-1871 en haut du cimetière

Les mobilisés de la Loire Inférieure à leurs camarades morts à Champagné 10 et 11 janvier 1871.

Cette colonne monument, réalisée en granit par Perret, rend hommage aux 36 soldats français et 35 allemands morts lors des combats. Elle a été inaugurée le 16 juillet 1875. Sur le site de l’Armée de la Loire, vous trouverez l’ensemble des détails de cette inauguration et des combats qui se sont déroulés à Champagné en 1871.

guerre 1870-1871 route de Verdun

combat du 11 janvier 1871 

HONNEUR et PATRIE

Cette croix commémorative est située à l’intersection de la route de Verdun et de la route du Haut Villiers. Elle a été rénovée pour les commémorations de janvier 2021 du 150e anniversaire des combats.

plaque près des lieux de combat

A la mémoire des gardes mobiles morts

le 11 janvier 1871 pour leur DEVOIR et la PATRIE

Cette plaque en ardoise est apposée sur le mur d’une maison près des lieux de combats (non accessible au public).