Lavoir sur la Braye

Dans les années 1850, un abreuvoir avait été aménagé à cet emplacement.

plan 1930         Arch.dép.Sarthe 2 O 382/10

En 1930, la municipalité fait l’acquisition d’une maison, d’un jardin de 182 m2 et d’un pré de  1 485 m2, D n°  211, 212, 213, d’une valeur de 19 895 F, pour établir un lavoir et un séchoir publics.

Le ministère de l’Agriculture verse 12 500 F pour cet investissement  de 92 556 F au total et la municipalité emprunte 75 000 F sur 30 ans. L’agent-voyer choisissant de construire le lavoir au bord de la Braye, cela nécessite un barrage, l’aménagement des abords de la rivière et un plancher mobile pour palier aux fréquentes variations du niveau d’eau. La toiture en sapin du nord et peuplier, couverte en ardoises de fibrociment, abrite un bâti dont l’ossature en béton armé est remplie de briques agglomérées de mâchefer et enduites. Deux portes roulantes en chêne y donnent accès et deux fenêtres apportent la lumière. Après une adjudication infructueuse, le marché de gré à gré est accordé à M. Charles FOGLIETTI, entrepreneur à Vibraye. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 382/10)

Ce lavoir a été démoli au milieu des années 1990.

 

Lavoir du Gué de Launay  (D136 )

 

Les femmes du hameau se rendaient à ce petit lavoir, au bord de la Braye. Construit en parpaings, sa couverture en ardoises carrées abrite le plancher mobile qui se manœuvre à l’aide d’un système de crémaillère et manivelle. Il a été restauré par la municipalité et les propriétaires du moulin voisin l’entretiennent.