Quelques cours d’eau traversent la commune et La Gironde y prend sa source. « Dans les eaux de ces ruisseaux « à tout faire », les femmes lavaient, les cultivateurs rouissaient leur chanvre, polluant les eaux qui s’écoulaient vers Coulaines. […] Chaque hameau ou groupe de maisons a son puits ou sa mare. […] Dans le centre bourg, un acte notarié règlemente l’accès, l’exploitation et l’entretien du puits communal, près de la boulangerie ». (p 38-39 de « Sargé-lès-Le Mans, des origines à nos jours » de Roger Crétois)

Cette situation explique sans doute que la municipalité n’a pas eu besoin d’établir un lavoir communal.