En 1845, les habitants du bourg se plaignent de M. LANGLAIS, courtier en bestiaux, qui vient d’enclore le seul lavoir de la commune, à usage public, situé au doué Bussard. Leurs pétitions soutenues par le maire qui les soumet au préfet, aboutissent à un non-lieu chez le juge de Paix. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 330/7)

Le chemin du Lavoir conduit aux restes du bassin de 14 m de long, environ.