Lavoir du bourg : dans le parc de la mairie

Lavoir ou chapelle ? A la fin du Moyen Age, un grand domaine agricole avec manoir et ferme occupe le centre du bourg. La demeure seigneuriale, nommée le Logis, deviendra communale en 1869 et transformée en presbytère. Quant à la ferme, M. Auguste TAILLEFUMYR, en propriétaire éclairé, membre de la société d’Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe, veut en faire une ferme modèle dans les années 1840. Mais ayant eu des démêlés avec le curé, la famille perd le droit de se rendre dans sa chapelle seigneuriale et commence alors la construction d’une chapelle près de son manoir puis quitte finalement Saint-Maixent. L’édifice inachevé, réalisé dans le même style que les bâtiments de la ferme, avec l’emploi de la brique, a été transformé en lavoir. Une avancée couverte au-dessus de la pièce d’eau et une cheminée à chaque angle ont été aménagés ainsi qu’un séchoir à l’étage, accessible par une porte extérieure. (publication « à la découverte du canton de Montmirail » par les Aînés ruraux; 2011)

Cette construction unique en Sarthe a été restaurée en 1995.

Lavoir de St Quentin : D 29, à la source de St Quentin, près de la chapelle

L’eau de la source qui sort en abondance de la chapelle voisine et qui alimente ce lavoir, est très réputée depuis le Moyen-âge, pour ses vertus thérapeutiques contre les rhumatismes et les maladies des yeux.

Le lavoir a été restauré en 1995.

carte postale

 

Ce lavoir est lié au saint du lieu par une légende.
Juste après la guerre de Cent ans, deux cousines jeunes et jolies s’attristent à l’idée de ne pas pouvoir trouver un mari. Elles implorent Saint Quentin et lui promettent de le vêtir (il est représenté torse nu) s’il exauce leur vœu de mariage. Le vœu est exaucé ! L’une tient sa promesse mais l’autre oublie le saint. Hélas ! Quand un soir, elle revient au lavoir, elle y tombe entraînée par la toile qu’elle lave et meurt noyée !