Rue des Brouettes

En juillet 1884, le Conseil municipal approuve le devis de 600F pour réparer la fontaine de la Chaize et reconstruire le lavoir installé autour depuis plusieurs années. Selon le Service hydraulique, il doit être établi à la source même et le niveau d’eau ne doit pas nuire aux riverains. Le bassin est clos de murs maçonnés avec des moellons de calcaire dur de pays, du sable de pays et de la chaux de Doué la Fontaine. Le fond est pilonné avant de recevoir l’eau. Le couronnement des murs et la pale sont confectionnés en pierres de taille de Semblançay. Le chêne de St Germain d’Arcé est utilisé bien sec pour la planche à laver, les poteaux et les traverses du « séchoir » (tréteaux). Ce n’est qu’en 1904 que le Conseil municipal décide de le couvrir et accepte le devis de 1600F. Une souscription auprès des habitants et de ceux des communes voisines rapporte 362,25F en espèces et 150F en nature. Un secours départemental de 300F s’y ajoute. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 289/8)

La restauration date de la fin des années 1990 et un panneau a été apposé, évoquant l’animation passée de cette rue des Brouettes.