Route de Vancé, à l’Aigrefoin.

En 1919, M CHEVEREAU donne à la commune deux parcelles A n°662 et 663 soit 150m² à l’Aigrefin. Au début de l’année 1921, M DOSSO , responsable au Grand-Lucé de la succursale d’une entreprise en ciment du Mans, s’engage à y construire un lavoir sur un devis de 2 069 F. Un bâtiment tout en bois couvert en ardoises est élevé au bord d’un bassin cimenté. Des cabinets d’aisances avec siège, mais couverts en tôle ondulée, apportent un peu de confort en ce lieu éloigné du bourg.

Et c’est bien cette distance qui tracasse le maire. En 1929, il s’adresse au préfet :

« Un seul puits à Montreuil qui est utilisé par 37 ménages ; ce puits est situé en bordure de route recouvert de planches. Il a 25m de profondeur. Pendant l’été, les cultivateurs sont obligés d’aller avec une tonne à une distance de 2 à 4 km. Le lavoir public se trouve à cette même distance. Or le puits unique du bourg a un débit considérable, il serait de grand intérêt d’y faire une installation comportant l’élévation de l’eau et l’édification d’un réservoir ; ceci sur une place publique qui se trouve près du puits et est suffisamment grande. Ces travaux sont importants ; y a-t-il des subventions ? »

(Arch.dép.Sarthe, 2 O 211/7)