Espace Prosper Soulard, près de l’église

carte postale avec l’éolienne

Afin de pallier au manque d’eau dans le village, un service d’eau communal avec puits et réservoir de 12 m3 pour alimenter le lavoir est installé en 1927. Le pompage est assuré par une éolienne.Mais ce système est insuffisant par temps de sécheresse et de faible vent. Les agriculteurs sont nombreux à venir remplir « leurs tonnes » pour abreuver les animaux. En février 1930, le Conseil municipal décide donc d’acquérir un second réservoir et de couvrir le lavoir pour préserver les laveuses des intempéries.

Il sera clos sur ses trois côtés par des voliges peintes au carbonyle et couvert d’ardoises avec crochets sur une charpente en peuplier. Des dés en briques recevront les six poteaux en chêne. Le faîtage sera en zinc. Quatre vitrages en verre demi-double dans la toiture apporteront de la lumière.

En juin, un marché de gré à gré est passé avec l’entrepreneur de Maisoncelles et le maçon de Tresson. Un emprunt de 9 500 F sur dix ans est souscrit  pour couvrir le coût de ces travaux. En 1938, un moteur électrique supplée l’éolienne.  (Arch. dép. Sarthe, 2 O 179/7)

En 2010, ce lavoir a été restauré dans le cadre d’un programme de réhabilitation du petit patrimoine par la Communauté de communes du Pays bilurien avec le soutien financier de la Région Pays de Loire et du Conseil général de la Sarthe, pour un coût de 18 258 € : réfection de la toiture et du bardage ; inversion de l’ouverture du bardage, reprise du pied des poteaux, du revêtement en briques, du bassin et remplacement des planches à laver, remise en eau et mise en place, sur proposition du maire, d’un filet de catamaran pour garantir la sécurité des enfants.

En octobre 2017, avec le lavoir de Tresson, il a fait partie du patrimoine du Monument du mois organisé par le Perche sarthois.