lavoir du bourg

plan de situation 1892 Arch.dép.Sarthe 2 O 164/7

En 1892, le Conseil municipal considérant que « le bourg de Ligron et toute la partie de la commune avoisinant le bourg sont totalement dépourvus d’eau, les habitants sont obligés de parcourir de grandes distances pour pouvoir laver leur linge » demande à s’approprier une partie de la mare du presbytère (entourage bleu sur le plan) pour y installer un lavoir communal.

plan 1892      Arch.dép.Sarthe 2 O 164/7

En fait, trois planches de 2 m sur quatre pieux, le tout en châtaignier et un mur en équerre d’une longueur totale de 12 m. Le devis effectué par l’entrepreneur de Ligron s’élève à 110 F. Le curé admet bien que la mare ne lui sert à rien et qu’un lavoir serait utile, mais le conseil est républicain et il a prononcé la désaffectation du lieu sans lui demander son avis. À partir de là, les passions se déchaînent: des courriers s’échangent entre l’Évêché, la mairie, le conseil de Fabrique, le sénateur, le député, le préfet …et cette affaire est même portée au ministère de l’Intérieur. (Arch. dép. Sarthe, 2 0 164/7)

Ce lavoir a bien existé à l’endroit prévu. Il a été détruit avant 1939. (témoignage)

 

lavoir du Perray

En 1924, la municipalité de Ligron alloue 200 F à celle de Courcelles pour participer à la remise en état du lavoir du Perray endommagé lors du passage d’un cyclone. En 2014, les élus des deux communes envisagent la restauration de ce lavoir.