Le 29 mai 1923, la commune est autorisée à établir un barrage sur l’Antonnière pour construire un lavoir public. Des murets en briques à la base, surmontés de voligeage supportent une charpente en chêne et peuplier pour ce bâtiment de 5 m de long. Les factures des deux artisans totalisent 3 230 F. À cette dépense s’ajoute le salaire du préposé à l’entretien du lavoir, nommé en 1925. Pour 100 F par an, il doit surveiller le niveau des vannes, nettoyer le lavoir et assurer l’ouverture et la fermeture de la porte d’entrée. Il a aussi pour mission de recouvrir les droits d’occupation soit 3 F annuels pour deux personnes et 5 F au delà.  (Arch. dép. Sarthe, 2 O 199/7)

Ce lavoir n’existe plus.