Le 21 décembre 1946, le maire signe l’acte d’acquisition du lavoir du Vivier appartenant à M CHAUVEAU et le droit de passage de trois mètres dans le pré, pour une valeur de 47 344 F. Situé à 300 m du bourg et à proximité de la route du Luart, le lavoir était entièrement clos de murs. Il était alimenté par la source Saint-Médard, toute proche. Les laveuses s’installaient, tout autour du bassin de 50 m2, pour battre leur linge sur le carreau en sapin.

Afin de financer ce projet, la municipalité emprunte 120 000 F à 3,5 % sur 25 ans et des travaux y sont réalisés en 1948. (Archives municipales : dossier «achat du lavoir »)

Décédé le 5 octobre 1913, M Alphonse BOURDIN, tisserand de son vivant, avait fait une donation de 500 F à la mairie pour faire couvrir le lavoir du Vivier. Nous pouvons donc penser que le lavoir était à usage public et entretenu par les services communaux sans que la municipalité en soit propriétaire. ( Arch. dép. Sarthe, 4 O 165)

avant démolition

 

 

Avant sa démolition en 2011, il était couvert en tuiles de Bourgogne.