« Depuis longtemps, les habitants les plus rapprochés de la mairie et de l’église qui forment la majorité de la population, demandent la construction d’un lavoir couvert près du pont sur le Tripoulin, aux environs de la mairie ».

plan 1903      Arch.dép.Sarthe 2 O 102/7

Le 23 août 1903, le Conseil municipal entend cet appel et vote le devis de 445,85 F. L’un des conseillers, le marquis de Courcival fournit le chêne pour la charpente et le bois blanc des chevrons, d’une valeur de 159,65 F. Ce lavoir est édifié sur l’emplacement du lavoir actuel, près le pont voûté passant le chemin vicinal montant au bourg.

C’est un édifice de 3,80 m sur 2,45 m et 2 m de hauteur, construit sur poteaux et clos de planches de panneaux de bois blanc avec recouvre-joints cloués sur traverses, peint au carbonyle. Le plancher mobile, en madriers de 6 cm d’épaisseur, mesure 3,50 m sur 1,30 m de large et « se fera mouvoir par deux moulinets avec chaînes et tavelles ». Il est couvert avec des tuiles à deux eaux (toiture à deux pans). Les travaux ont lieu pendant l’été et sont reçus le 4 novembre 1904. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 102/7)

Il a été démoli dans les années 1980.