Lavoir du bourg en retrait de la D153

En janvier 1826, le Conseil municipal discute de l’entretien de ces chemins et donne la priorité au plus fréquenté, celui qui conduit de la Ferté-Bernard à Ceton en passant, à l’entrée du bourg, devant la fontaine-lavoir qui donne naissance au Saint Symphorien. En 1855, des réparations y sont réalisées pour 150 F, puis à nouveau, dans les années 1930 mais nous ignorons à quel moment le lavoir fut couvert.

Lavoir sur l’Huisne

En 1873, une souscription est réalisée pour construire un lavoir sur l’Huisne au lieu-dit l’Abreuvoir. La mairie en établit le règlement : Il sera payant pour tous ceux n’ayant pas souscrit et gratuit pour les indigents. Il n’existe plus.

Lavoir sur le Saint Symphorien

Dans un endroit proche, dix ans plus tard, le Conseil municipal vote l’achat d’un terrain cadastré D n°243, près de l’entrée d’un aqueduc qui traverse la RN 23 et accepte le devis de 680 F pour la construction d’un lavoir sur le Saint-Symphorien dans cette parcelle. Une souscription de 265 F est levée. Le préfet autorise le projet. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 81/7, 1 MI 1343 R 247-248)

Cette partie de la commune a été annexée par la Ferté-Bernard en 1889. Le lavoir n’existe plus.