Les femmes du bourg se rendaient au lavoir de la Fontaine chaude. En 1872, la municipalité achète un terrain pour en faciliter l’accès. En 1892, une crue particulièrement sévère le détruit. Ne faudrait-il pas le déplacer ? Après discussion, il sera finalement reconstruit au même endroit avec l’ajout d’une passerelle, les élus constatant que « le lavoir satisfait un besoin de première nécessité dans l’intérêt d’une population toute entière qui le considère comme un bien absolu ». Il était d’une forme exceptionnelle : huit grands bassins en forme d’octogone ouverts à toutes et un bassin rectangulaire de quatre places pour les professionnelles. Le Merdereau qui les alimentait, passait au milieu de ces lavoirs en partie couverts au-dessus des laveuses. (Archives municipales) Aucune trace ne subsiste de cette installation.

carte postale Arch.dép.Sarthe 2 FI 4810

 

Sur cette carte postale du tout début du XXe siècle, un grand nombre de personnes se retrouvent au bord de l’Huisne, près du moulin. Est-ce le rinçage des toiles de la filature qui est proche ? Une certitude : aucun abri face aux intempéries !