Lavoir

 

Dans les années 1830, le maire a fait creuser, à l’emplacement de sources, un lavoir et un abreuvoir, au bord du chemin de Saint-Ouen au Mans, dans un carrefour. Un plan et devis de 108 F sont établis en 1835 (A: le lavoir et B: l’abreuvoir) pour améliorer le lieu avec des murs de soutènement, les bestiaux provoquant l’éboulement des terres et la corruption des eaux. Mais pour ces travaux, les riverains doivent céder de petites parcelles de terrain et leurs exigences en retardent l’exécution. En 1840, les bords menacent de s’écrouler et il faut reprendre le dossier qui est introuvable! En 1865, le lavoir est jugé vétuste et dangereux. Un devis de 1260 F est dressé pour le démolir et le reconstruire. (Arch.dép.Sarthe, 2 O 312/7)

Selon la mairie, ce lavoir a bien existé au n°1 de la route de Poissonnière, en face du cimetière. Il a laissé place à un lotissement.

Monument aux morts place de la mairie et cimetière

La commune de St Ouen-en-Belin

A ses enfants morts pour la France

1914  1918

Cette pyramide surmontée d’un coq sculpté, est rehaussée à sa base. La dédicace est gravée dans la pierre entre une croix de guerre et une palme sculptées en relief sur le fût. Sur cette façade, un ensemble constitué d’un casque, de rameaux d’olivier et une fourragère sont sculptés sur la date, au niveau du socle. Les noms et prénoms de 31 soldats sont gravés dans la pierre, sur les deux faces latérales, par ordre alphabétique.

D’un côté, sont ajoutés les noms de 2 victimes de la guerre 1939-1945 et de l’autre, de 3 victimes en Algérie.

Le 16 juin 1921, le maire expose au conseil que beaucoup de familles et d’anciens mobilisés désireraient voir honorer par un monument ceux qui sont « Morts pour la France » au cours de la Guerre 1914-1918, que c’est une preuve de reconnaissance envers les enfants de la commune qui sont tombés sur le champ de bataille ou morts dans les hôpitaux, sacrifiant leur vie pour la défense de la Patrie. Les fonds nécessaires pour l’érection de ce monument, sur la Place de l’Église, seraient fournis en grande partie par une souscription publique et le complément pourrait être pris sur les fonds libres. Ce même jour, il fait part du devis de 10 000 F, de M. Gaullier, sculpteur, avenue Léon Bollée au Mans. Le conseil autorise le maire à traiter de gré à gré avec ce dernier pour la fourniture et l’érection du monument.

À la séance d’octobre, le maire annonce au conseil que l’érection du monument va grever lourdement le budget communal. Le crédit de 5 000 F voté en juin sera insuffisant. Le conseil sollicite le préfet pour lui accorder une subvention d’État.

Dans son traité signé avec le maire, M. Robert Gaullier s’engage :

  •  à faire et à fournir un monument commémoratif conforme au plan dressé par lui, y compris la plaque sur laquelle seront gravés les noms. Il sera exécuté en pierre de Chauvigny avec sculpture, coq, croix de guerre, palme, motif allégorique et gravure sur pierre.
  • à fournir une plaque de marbre où seront gravés les noms des soldats morts pour la France (à poser à la mairie)
  • à fournir un monument en pierre de Lavoux à poser dans l’église, avec plaque de marbre.

 

Le coût de ces trois monuments s’élève à 10 000 F payables par tiers, à la signature du marché, à la fin des travaux dans les ateliers, à l’achèvement complet des travaux. La commune assurera leur transport depuis les ateliers ou la gare d’Écommoy jusqu’à pied d’œuvre. La commission spéciale accepte le projet en octobre 1921.

Le 8 juin 1922, le maire informe le conseil que les travaux de maçonnerie pour l’entourage du monument de M. Eugène Leroy, entrepreneur à Écommoy, s’élèvent à 1 780 F.

 Quelques lignes dans l’Ouest-Éclair du 4 mai 1922 annoncent le déroulement de la journée d’inauguration, le dimanche suivant, du monument élevé à la mémoire des soldats morts pour la France. À 8 heures 30, réunion à la mairie du conseil municipal, des élèves des écoles, des sociétés et de la musique municipale d’Écommoy pour se rendre à l’église à 9 heures. À 11heures au cimetière, remise de gerbes sur les tombes des soldats. À 11 heures 30, réception des invités, route du Mans. À 12 heures, inauguration du monument sous la présidence du général Vuillemot, commandant le 4ème Corps. À 13 heures, banquet sous la présidence de M. le Préfet de la Sarthe. À 16 heures, concert par la musique municipale d’Écommoy. ( Arch. dép. Sarthe 2 O 312/7)

 

A la mémoire des enfants de St Ouen en Belin

morts pour la France

Cette dédicace est inscrite sur une stèle en forme de flamme, placée au centre du cimetière.

plaque mairie

à faire

Monument paroissial

à faire