Lavoir

En 1892, le maire veut établir un lavoir couvert, qu’il juge d’utilité publique, sur la mare du presbytère du Colombier. Le conseil de Fabrique veut bien donner l’autorisation de prendre tous les matériaux provenant de la démolition de la grange du presbytère, de faire abattre et vendre les arbres bordant la mare car ils « corrompent l’eau par les débris des feuilles » et de vendre les pierres, à condition qu’on lui en laisse suffisamment pour reconstruire un hangar. L’évêque et le préfet approuvent le projet. Les habitants participent par une souscription de 51,50 F et la municipalité reçoit une subvention de 60 F pour ces travaux estimés à 225 F. (Arch. dép. Sarthe, 2 O 191/5)

 

Ce lavoir couvert en tuiles, a été détruit lors de l’urbanisation du village à la fin des années 1960. Au moment de l’adduction d’eau, un autre lavoir avait été inauguré en 1938 près de l’église. La moitié restante se retrouve aujourd’hui dans le garage d’une maison. (Pays du Perche Sarthois)