Au bourg

En 1853, la municipalité a beaucoup de difficultés à réunir les 173 F nécessaires aux réparations du lavoir public. Pour 53 F, elle vend, au Moulin neuf, 90 peupliers qui « sont morts par la pointe » et un ormeau sur l’emplacement du lavoir ; les travaux sont réalisés par voie d’économie avec 120 F au budget.

En 1900, ce lavoir est totalement démoli et reconstruit aux abords du Fresnay, rue de la Bonde, suivant un devis de 430 F qui prévoit le réemploi des moellons pour les murs. En revanche, la toiture en bardeaux et voliges est remplacée par des ardoises d’Angers, « 2ème carrée forte  sur liteaux de sapin avec crochets« . Le département accorde 100 F à ce projet.

Un mur menace de s’écrouler et d’entraîner une partie de la charpente à la suite des dommages causés par l’inondation du 28 décembre 1913. Le reliquat de la construction de l’école de filles sera utilisé pour ces travaux estimés de 300 à 400 F. En 1933, ce sont les 1 259 F budgétisés pour des plantations d’arbres qui serviront à financer des réparations à nouveau urgentes. (Arch. Dép. Sarthe, 2 O 375/8)

Le lavoir restauré garde sa charpente d’origine.

.