Le 10 novembre 1889, Joseph LE BELE, prêtre, demeurant au Grand séminaire de Nantes et son frère Henri, prêtre, habitant au Grand séminaire de Saint-Sulpice à Paris, abandonnent gratuitement, une portion de terrain aux Luzernes (A n°161), sur le chemin vicinal de Moncé, près du bourg. Cette parcelle de 12m sur 8,50m est occupée par un lavoir. En 1909, les tuyaux d’alimentation en eau du lavoir sont obstrués. Une souscription de 300F, participe au paiement de la facture de 876F du maçon, M. Louis POUSSIN. En 1923, c’est un autre maçon, M. Georges DUBRAY, qui exécute les 60m²  de pavage en ciment du lavoir.  (Arch.dép.Sarthe, 2 O 293/8/)

Ce lavoir n’existe plus ; il a laissé place à la station de relevage.